Papa libre et passionné : Corentin – Portrait de Papa – #3

Quand je rencontre Corentin, il est à la maison, avec sa plus jeune fille, fiévreuse ce jour là. Nos échanges seront ponctués de jolis dessins réalisés pour son papa chéri. Au delà du rhume du jour, rien d’étonnant à ce que Corentin soit chez lui avec ses enfants : avec sa femme, ils ont construit une vie sur un modèle où tout est possible, où la liberté dicte les choix. La liberté d’être ultra présent pour ses enfants tout en étant très impliqué dans son job qu’il réalise avec passion. Portrait d’un papa libre et passionné, inspirant, qui donne le sourire et qu’on aurait tous envie d’avoir parmi nos proches.

Un Papa avant même la naissance de ses filles

 

Corentin Orsini, Laure Faustine et CelesteCorentin Orsini a rencontré son épouse Laure il y a 14 ans. Ils vivent à Paris, travaillent beaucoup (dans le journalisme dans un premier temps), profitent. Puis vient sa première fille, Faustine, 6 ans et demi aujourd’hui. Trois ans plus tard, ce sera l’arrivée de Céleste.

Là où la venue d’un enfant peut parfois perturber un équilibre, c’est avec beaucoup de sérénité que Corentin vit la première grossesse de sa femme. « J’étais prêt, je l’ai vécue pleinement et intensément. J’ai même fait une couvade  : j’allais chercher des boules de Mozzarella dans le frigo à 3h du mat’ pour dévorer ! ». Laure lit beaucoup sur la parentalité et ils partagent à deux. Pas d’angoisse à l’horizon. Corentin participe aux séances de préparation à l’accouchement. Il pratique également avec sa femme l’haptonomie (méthode favorisant le toucher notamment durant la maternité, la grossesse, les soins du petit enfant et les soins obstétriques) qui implique le père dans la grossesse, avec un docteur à la fois terre à terre et rêveur. Un programme sur mesure pour le futur père qui donne vie à ses rêves. « Cela m’a permis de trouver immédiatement ma place, d’aider à ressentir le bébé, de mieux accompagner ma femme durant la grossesse et durant l’accouchement ».

Faustine pointe le bout de son nez le 1er Août… 1er jour des congés d’été du jeune papa. Timing parfait ! « J’ai pu profiter à 100% de ma fille durant ses quatre premières semaines, je ne l’ai pas lâchée ! On s’est beaucoup baladé, sur Paris mais aussi au bord de la mer à Arcachon où l’on a une partie de nos familles ». Une véritable parenthèse, vécue pleinement par le jeune papa.

 

Un Papa slasher dont le job est au service de sa famille

 

Corentin OrsiniA la naissance de Faustine, Corentin, 27 ans, est redevenu étudiant (il a repris des études à l’ESCP en alternance). Il sait ce dont il a envie : une vie pleine de rencontres, ouverte sur le monde, variée. Avant que le terme ne devienne à la mode, il devient alors un « slasher » (en pluri-activités) : il devient consultant indépendant, conseille des starts up sur leur développement et sur les levées de fonds, accompagne des grands groupes pour apprendre à innover, donne des cours à Paris, Lille, Reims et Rouen, …

Son job lui permet d’être libre, de choisir ce dont il a envie, d’aller là où il va vibrer. Et lui donne également la possibilité d’organiser son temps professionnel pour privilégier sa  famille. « J’ai conscience de ne pas avoir une carrière « classique ». Mais cela me permet de m’organiser comme je veux ce qui est très compatible avec la vie de papa. ». Pour Corentin, c’est avant tout une histoire de choix. « J’accepte d’accompagner une entreprise lors d’une mission ou bien je choisis d’être papa. Bien sûr il peut y avoir ponctuellement un impact sur les revenus mais là aussi, c’est un choix, en fonction de l’envie du moment, de ce que je veux privilégier. ».

Le jeune papa ne veut pas passer du temps et de l’énergie là où il ne trouve pas de plaisir. Confucius disait « Choisissez un travail que vous aimez et vous n’aurez pas à travailler un seul jour de votre vie ». Cette philosophie de vie, Corentin l’avait en tête depuis quasi toujours. Mais c’est la naissance de sa première fille qui lui a donné tout son sens…. et l’a poussé à la mettre en pratique.

Cette flexibilité professionnelle donne également à Corentin le choix de vivre où il le souhaite, là où la qualité de vie est la meilleure. Au un an de Celeste, leur deuxième fille, Corentin & Laure décident de quitter Paris pour rejoindre Lille. « Ce sont nos enfants qui ont motivé notre choix. On commençait à manquer d’espace, de calme… Nous avions envie d’une autre harmonie de vie ». Deux ans et demi après, Corentin ne regrette absolument pas ce choix. « Pour rien au monde je  ne reviendrais sur Paris. A Lille, j’ai développé de nouvelles activités, je peux me rendre sur Paris en 1h de train plusieurs fois par semaine et quand je rentre, j’ai mon jardin ! ». La petite famille est encore plus épanouie désormais. « En grandissant, les filles ont plus d’énergie. Vivre en province est un vrai plus pour elles… comme pour nous ! ».

 

Un Papa naturellement « nouveau père »

 

Corentin OrsiniSouvent, les « nouveaux pères » ont construit ce modèle en opposition à ce qu’ils avaient connu avec leurs propres papas. Un père peu présent et donc une envie de faire différemment avec leurs enfants. Rien de tout cela avec Corentin. « Mon père était ultra présent pour nous et c’est bien des années plus tard, en échangeant avec mes amis, que j’ai compris que c’était un peu unique comme situation ». Surtout à cette époque.

C’est donc le plus simplement du monde que Corentin prend le même chemin. « Nous sommes sur un exact même pied d’égalité avec ma femme, je m’occupe des enfants au même titre qu’elle. Pour moi, c’est la norme même si je me rends bien compte qu’elle est loin d’être partagée par tous ». Le temps auprès de ses filles est pour Corentin précieux et non négociable. « Les filles sont allés à la crèche mais nous n’avons jamais pris de nounou pour les fins de journées ou les mercredis. Et c’est toujours le cas maintenant que la grande va à l’école. Nous sommes toujours présents avec elles quand la crèche/l’école est terminée ».

Et au delà du temps passé, c’est au travers du jeu que le papa s’exprime le plus. Là également, l’atavisme y fait beaucoup. « Mon père jouait beaucoup avec nous. C’est donc naturel pour moi de jouer avec mes filles, ce n‘est pas du tout une contrainte ! ». Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que ses filles présentent leur papa comme « un papa foufou, qui raconte des bêtises et qui jouent tout le temps avec nous ! ». Tout y passe : les « jeux de monstres », les courses poursuites, les jeux de cartes , les acrobaties  inimaginables, le modèle pour coiffure, … ! Parfois, le papa se déguise pour amuser ses filles. « C’est pour moi une façon de leur montrer une approche de l’ouverture, le fait d’oser sortir du cadre, …. et une nouvelle fois de se sentir libre… ».

 

Un Papa de tous les possibles

 

Corentin OrsiniCar c’est bien cette liberté que Corentin souhaite transmettre à ses filles. Pour lui, cela passe par les voyages. « Dans ma famille, cela fait 6 générations que l’on vit partout dans le monde ! Voyager, c’est connaitre des gens différents». C’est aussi pour ça que ses filles sont dans une école internationale, avec 40 nationalités. « Cela leur montre dès le plus jeune âge la diversité des choses que l’on peut faire, des gens que l’on peut rencontrer ».

L’apprentissage de la liberté passe également par la prise de conscience que l’on peut sortir du cadre, que « nous ne sommes pas obligés de devenir ce que quelqu’un a décidé pour nous . On a cette chance en Occident. Vivons la pleinement ! ». Un enseignement là aussi tiré de sa famille. « Mon grand-père était médecin… et un de ses fils est devenu pêcheur car c’était sa passion ! ». Pour Corentin et Laure, c’est important que leurs filles comprennent que les schémas ne sont pas figés, que tout est possible. Et pour cela, l’empathie reste un talent fort. « Nous avons un filleul de coeur au Vietnam via une association. Les filles correspondent régulièrement avec. Cela participe à leur ouverture sur le monde ».

Alors bien sûr, avec un modèle parental (professionnel et personnel ) prônant ..la liberté et la passion, Corentin se pose parfois la question de l’impact sur ses filles. Car même à 6 ans et demi et à 3 ans et demi, les filles ont déjà bien compris que rien ne pourrait être impossible dans leurs vies. Quand on leur demande ce qu’elles feront plus tard, elles répondent le plus naturellement du monde, comme des futures « slasheuses » : « Le lundi, je serai docteur, le mardi maitresse, le mercredi peintre, …. ». Et après tout, … pourquoi pas ?!

 

Actions

L’ADN de ce blog, c’est de pouvoir s’inspirer d’histoires de papas pour mettre en place des actions permettant d’améliorer son quotidien de papa ou de le vivre différemment. En voilà quelques unes que je vous propose :

  • Prenez le temps de poser ce qui vous tient le plus à coeur : pour Corentin, la liberté, la passion, la stimulation sont comme des mantras. Il a pris le temps de voir ce qui était primordial pour lui, pour ensuite construire sa vie professionnelle et le schéma éducationnel autour de ces piliers.
  • Osez : rien n’est jamais vraiment impossible dans la vie. Finalement, nous sommes souvent nos propres ennemis et nous nous imposons nos propres barrières et limites. Et si nous faisions sauter tout ça !!
  • Connectez-vous au monde : l’ouverture au monde n’a jamais été aussi facile, que ce soit via les voyages, le web, les réseaux sociaux, …. Sortir de sa zone de confort, de son environnement, permet d’envisager les possibles. Tous les possibles. L’apprendre pour soi, c’est top ! Le transmettre à ses enfants, c’est un cadeau qui n’a pas de prix !

 

Et vous, que pensez-vous de l’histoire de Corentin ?

Positivons, partageons et commentons ci dessous !

Retour à la page d’accueil

Partager l'article
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  

2 thoughts on “Papa libre et passionné : Corentin – Portrait de Papa – #3”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.