Droit à l’erreur de l’enfant : donner confiance aux enfants en accompagnant l’erreur

Sans s’en rendre compte, on passe notre temps à se tromper ! Bon j’exagère un peu. Avec les années, on arrive à limiter  nos erreurs…. Mais pour nos enfants, qui sont en début de vie, l’erreur fait partie de leur quotidien. Et nous, en tant que parent, nous avons parfois du mal à bien réagir. Pourtant le droit à l’erreur de l’enfant est un droit fondamental. Et il permet à la fois d’apprendre et de se responsabiliser. Mais également de gagner en confiance en soi et en estime de soi.

Nos réactions de parent face à l’erreur de nos enfants sont aussi liées à notre culture française. Nous n’avons jamais eu l’habitude de valoriser l’erreur en France (contrairement à d’autres pays comme les Etats Unis par exemple). Pourtant, c’est chouette de se tromper ! Alors pour vous aider à mieux accompagner l’enfant dans son droit à l’erreur, je vous partage une petite astuce : la technique MARS !

Droit à l’erreur de l’enfant : de quoi parle-t-on ?

Juste un chiffre : savez-vous qu’un bébé tombe en moyenne 2 000 fois avant de savoir marcher ? Tomber et se relever. C’est là tout le processus d’apprentissage. Sans tomber dans le « c’est en forgeant qu’on devient forgeron », c’est pourtant bien en faisant qu’on apprend. Et la grande majorité de ce que nous faisons au quotidien n’est pas inné. C’est un apprentissage. 

Un enfant a naturellement une soif d’apprendre. Et comme ce sont des éponges, ils veulent faire comme les grands. Et évidement, ils n’y arrivent pas du 1er coup. Notre enfant veut se verser un verre d’eau tout seul comme un grand. Et comme de bien entendu, une grande partie est renversée en dehors du verre ! Normal, l’enfant n’a pas l’habitude du poids de la bouteille, de la rapidité avec laquelle l’eau tombe, … 

Dans ce genre de situation, on peut avoir tendance à sur-réagir et à s’énerver. Pourtant, ce n’est pas aidant pour les enfants. Faisons preuve d’empathie. Encourageons leurs efforts de faire. Et acceptons qu’ils se trompent. Posons nous 2 minutes : quand nous testons une nouvelle mission (pro ou perso), nous n’y arrivons pas forcément du 1er coup. Et c’est pareil pour eux ! Notre responsabilité est de sécuriser nos enfants. De les sécuriser physiquement en faisant en sorte qu’ils ne se blessent pas en essayant. Puis de les sécuriser émotionnellement en encourageant le droit à l’erreur de l’enfant. Et pour cela, je vous propose la technique MARS. Une technique en 4 étapes, facile à mémoriser. 

Merci d’avoir essayé

Le 1er point de la technique MARS est de dire MERCI. Merci d’avoir essayé. Le pouvoir de la gratitude est immense. Il amène du positif au quotidien. Et nous avons tendance à l’oublier. Entendre les 5 petites lettres de « merci »  donne des ailes. Et n’est-ce pas notre rôle de parent de faire pousser les ailes de nos enfants ?

Dans le processus d’apprentissage de nos enfants, il est essentiel de favoriser l’encouragement. Il s’agit d’inciter à essayer, de favoriser l’autonomie. Nos enfants ont besoin de savoir que nous sommes à leurs côtés. La 1ere étape consiste donc à les remercier d’avoir essayé. Et favoriser le droit à l’erreur de l’enfant passe par cette étape de remerciement. Nous avons à accueillir l’erreur. Exprimer que c’est normal de ne pas y arriver de suite. Mais que le plus important est déjà d’avoir essayé…

Accepter l’erreur et l’expliquer avec bienveillance

Le 2eme point de la technique MARS est, pour nous parent, d’Accepter l’erreur. Oui notre enfant n’est pas parfait. Et ça tombe bien, nous non plus ! Reprenons l’exemple de notre enfant qui essaye de se remplir son verre d’eau avec une bouteille. Il a essayé mais on se retrouve avec plus d’eau sur la table que dans le verre ! Notre job est d’accepter l’erreur. Et d’expliquer le pourquoi de cette erreur.

Notre enfant n’a pas notre expérience. Et il ne peut saisir naturellement toutes les subtilités. Il a besoin de nous pour apprendre. Il a besoin qu’on lui explique pourquoi il s’est trompé. Pourquoi il y a plus d’eau sur la table que dans son verre. En procédant ainsi, l’enfant se sent en confiance. Et il sait qu’il peut compter sur nous. Il sait qu’il va progresser. Il aura peut être besoin de plusieurs essais avant de réussir à remplir son verre d’eau tout seul. Mais connaissez-vous un adulte qui ne sache pas se remplir un verre d’eau ? Non, nous y arrivons tous ! Et notre enfant y arrivera plus facilement et plus rapidement si nous prenons le temps de lui expliquer son erreur. Et si nous lui montrons comment faire autrement.

Résoudre l’erreur ensemble 

Le 3eme point de la technique MARS est justement de faire en sorte de Résoudre l’erreur ensemble. Alors bien entendu nous pouvons laisser l’enfant essayer seul encore et encore. Mais cela risque de générer pour lui de la frustration. Et donc un potentiel découragement. Avec pour conséquence une perte d’estime de soi. Et une forte baisse dans l’envie pour lui d’essayer. Et dans quelques années, nous serons en colère de voir notre enfant sans énergie et sans envie de se confronter au monde et de se dépasser. Nous allons alors le lui reprocher. Alors qu’à bien y réfléchir, nous sommes une des raisons qui l’aura  poussé à ne plus essayer. Nous n’aurons pas suffisamment encourager le droit à l’erreur de l’enfant.

Alors une fois que nous avons accepté l’erreur, il s’agit pour nous parent d’accompagner notre enfant à résoudre l’erreur. C’est ouvrir l’échange et la communication. C’est demander à notre enfant « Comment on aurait pu faire autrement ? ».  Le mot « ensemble » est important. Il s’agit pour nous parent de changer de posture. De ne pas être dans le rôle du sachant qui parle à celui qui ne sait rien. Tentons une autre approche ! Une approche plus collaborative. Une approche misant sur la co-création. Reprenons l’exemple de notre bouteille d’eau. Pour résoudre l’erreur ensemble, il s’agit de ré-essayer ensemble. On guide notre enfant en supportant la bouteille et en tenant légèrement le verre pour éviter qu’il ne s’échappe. Si on a un extérieur, on peut même aller plus loin en essayant plusieurs fois, sans crainte de détremper notre parquet ou moquette ! Cette démarche collaborative va aider l’enfant à prendre confiance. A comprendre de ses erreurs. Et à s’améliorer jusqu’à ce qu’il réussisse sans nous !!

Souligner l’effort et encourager

Le 4eme et dernier point de la technique MARS réside dans le fait de Souligner l’effort et d’encourager notre enfant. Et c’est d’ailleurs l’essence même du droit à l’erreur. Soutenir le droit à l’erreur de l’enfant signifie l’encourager à essayer encore et encore. Sur tout. Et là, on sort de notre exemple de la bouteille d’eau. Dire et montrer à notre enfant qu’il a raison d’essayer et que ce n’est pas grave d’essayer est essentiel dans sa construction. Encore une fois, cela favorise le développement de la confiance en soi.

J’espère que cette technique MARS vous aidera à favoriser le droit à l’erreur de l’enfant. Je suis intimement convaincu que cette approche est riche. Et qu’elle peut contribuer à construire des futurs adultes plus confiants en leur capacité. Et plus d’adultes qui osent. C’est aussi ce dont nous avons besoin dans le monde de demain…

Et vous ? Avez-vous d’autres astuces pour encourager le droit à l’erreur de l’enfant ?

Positivons, partageons et commentons ci dessous !

Retour à la page d’accueil

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •   
  •  

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.