Les Akas, des supers papas !

On l’a dit, les nouveaux papas tentent de se débarrasser d’anciennes croyances pour inventer un nouveau modèle devant des père plus investis et présents. Autant on pourra s’inspirer d’histoires de papas proches de chez nous, autant on peut parfois aller voir bien plus loin !

Prêt ? Direction l’Afrique Centrale !

On pose nos valises en pleine forêt, pour découvrir le peuple Aka, tribus de pygmées nomades composée de 20 000 personnes.
Très connus pour leur musique polyphonique (ce qui n’est pas le coeur du sujet de ce blog !), ils détiennent d’autres records dont celui de… Meilleur papa du monde ! Voilà donc une bonne raison de s’intéresser à eux…

“Meilleurs pères du monde”

C’est le Guardian (quotidien britannique) qui a décerné ce prix en 2005 aux papas Akas, suite à une enquête menée auprès d’eux, reprenant les travaux menés par le professeur Barry Hewlett, anthropologue américain.
On y découvre que le rôle de parent est tenu de façon quasi égale entre les mères et les pères : les pères Akas consacrent 47% de leur temps à s’occuper de leurs enfants ! Quand les mamans ne sont pas disponibles (car elles partent à la chasse par exemple) ce sont les pères qui prennent naturellement le relais, sans aucune trace d’égo ! De même, quand le bébé se réveille et pleure en pleine nuit, c’ est autant la mère que le père qui se lève pour s’en occuper et le rassurer. Les rôles entre les deux parents sont parfaitement interchangeables, pour le plus grand bonheur des enfants ! C’est là une belle remise en question des rôles écrits et ancrés par des années d’éducation et de religion dans nos sociétés occidentales. Il n’y a pas là de peur du « statut », du rôle, du positionnement dans le couple et au sein de la famille. Le rôle de « papa » est une facette de leur vie, au même niveau que les autres (la chasse, …), le temps consacré est donc réparti en fonction du besoin.
Cela fait des Akas les papas consacrant le plus de temps à leurs enfants, plus que n’importe quel autre groupe culturel de la planète !

 

Des bébés jamais seuls

Autre spécificité de cette tribu, les enfants, durant leur 1ere année de vie, ne sont jamais laissés seuls, ils sont en contact permanent avec l’un de leurs parents ou un autre adulte. Ils dorment dans la chambre parentale et vont même jusqu’à ne jamais toucher le sol !
La maman ayant ses obligations (chasse, cueillette, …), c’est le papa qui prend, là également, le relais en le portant à même la peau (on parlera dans un prochain article des bienfaits du « peau à peau »).
Cette particularité leur a conféré cette image de papa donnant le sein. Ce n’est bien sur pas tout à fait la vérité, le téton du papa ayant plus un rôle de « sucette » que de « sein nourricier »…

Action !

Dans nos sociétés, il n’est bien sur pas évident de caler nos fonctionnements sur ceux des papas Akas et concourir ainsi pour le prix de meilleur papa du monde. Et la bonne nouvelle, c’est que nous ne cherchons pas forcément à devenir les meilleurs papas du monde : trop de pression !!!
On peut cependant trouver des sources d’inspirations dans leurs pratiques, en les adaptant à nos modes de vie. C’est le moment de passer à l’action :

  • Durant toute la 1ere année, prenons dès que l’on peut notre bébé nu contre notre torse (nu également). Si nous n’avons pas la chance de vivre avec un 25 degrés quotidien, on se met un gros gilet et on cale notre bébé contre nous (et vous allez vous tenir naturellement chaud en plus !)
  • On essaye de gommer toutes traces d’égo, et quand maman n’est pas dispo ou quand vous êtes seul avec votre bébé et qu’il est réveillé, on passe du temps avec lui. Pas de culpabilité, la majorité d’entre nous aura du mal à passer 47% de leur temps avec leurs enfants ! On peut alors privilégier du « bon » temps, du temps qualitatif où nous sommes dédiés pleinement à notre bébé (sans les portables !)

Et vous ? Que vous inspire cette histoire de papa ? Que mettez vous en place pour être un peu des Akas papas ?!!

Positivons, partageons et commentons ci dessous !

Retour à la page d’accueil

Partager l'article
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire