Beau père Papa – Dany Mauro avec humour et amour – Portrait de Papa – #10

 

beau père

J’avais très envie de raconter l’histoire d’un beau père. Et dès les premières minutes de mon échange avec Dany Mauro je comprends que c’est bien plus qu’un beau père. C’est un vrai papa bis ! Mais pas dans une sorte de combat avec le « vrai » papa. Plutôt quelque chose qui sonne comme une évidence dans le rôle à tenir. Dany est un humoriste – imitateur – chanteur et auteur. Homme de scène qui a plusieurs one man show à son actif, il officie actuellement sur Sud Radio. Pour Histoires de Papas, Dany a lâché ses costumes de scène pour partager avec beaucoup de sincérité sa vie de beau père heureux et impliqué à 100%. Un papa inspirant comme on les aime ! Portrait.

Une place prise naturellement en douceur

Dès le début, Dany me confie ne pas trop aimer l’appellation de beau-père. Il ne se considère pas comme tel, plus comme un papa bis. Au fil de ses rencontres amoureuses, devenir père ne s’est pas fait. « J’étais à 100% dans mon métier, ce n’était pas ma priorité ». Puis sa rencontre avec sa chérie, il y a deux ans, change la donne. Elle est déjà Maman d’une fille, Daria, 8 ans aujourd’hui. A 43 ans, Dany se sent prêt à laisser l’espace nécessaire. « J’ai revu mon emploi du temps et ça s’est fait naturellement ». Daria est en garde alternée une semaine sur deux et Dany passe donc très vite pas mal de temps avec elle. « Au début, ce n’était pas évident. Il n’y avait pas eu d’homme à la maison durant trois ans, j’étais un peu un intrus et je me sentais parfois exclu.».

Dany décide de choisir la carte du naturel. Lui qui est comédien, il décide de ne pas porter de masque. « Les enfants sentent tout, il faut être vrai, authentique et donner le maximum ». Daria prend le temps dont elle a besoin. C’est forcément parfois frustrant pour Dany. « J’étais très en demande et j’avais l’impression que cela ne fonctionnait pas ». Mais il a en tête la séparation  entre sa maman et son papa vécue par Daria. Il sait que c’est un « traumatisme » et qu’elle a besoin de faire confiance.

Les deux se tournent autour et s’apprivoisent. « Quand on devient beau père, on veut que ça aille vite, on essaye de faire bien, voire de trop en faire. L’enfant a besoin de son propre temps, j’ai compris qu’il fallait s’adapter à lui ». Au bout de trois mois, ils passent des journées entières ensemble. Juste dans un quotidien normal.  Il l’amène à l’école, la récupère le soir, se font des balades ou des cinés, lui fait faire ses devoirs, … Juste un quotidien normal. Et la magie opère. « Un jour, ma compagne me raconte que Daria lui demande « mais il est où Dany ? J’aime bien moi quand il est là… ».

 

L’humour et l’amour en armes fatales

beau pèreImitateur et homme de scène, Dany a su utiliser ses atouts comiques ! « Même si je suis parfois dur, on s’amuse beaucoup ! ». Daria devient vite fan des histoires racontées par son beau père. « Elle me dit qu’elle adore quand je fais des voix dans les histoires ! ». Pour lui, c’est l’évidence d’utiliser surtout ses forces au début. « Si j’avais été pâtissier, je lui aurai fait plein de gâteaux ! »

Et l’humour semble avoir contaminé la petite fille. Comme le soir où ils se retrouvent à deux et que face à son beau-père piètre cuisinier, elle lui dit, mi-rigolarde, mi-inquiète « Mais comment on va faire pour manger ?! ». D’ailleurs, les deux gourmands adorent essayer de se piquer les desserts !

Dany a été élevé dans un environnement très aimant , avec une mère « cool » et un père très exigeant et dur. « On reproduit souvent les schémas que l’on a vécu. J’ai l’impression d’être devenu un mixte des deux ! ». Même s’il s’est parfois posé des questions, il n’a jamais abandonné et croit avoir trouvé le bon équilibre. « Je ne me suis jamais comporté comme un pote pour me faire aimer. Et je crois que Daria a apprécié les limites et le cadre que je posais ».

Quand il a reçu le premier « Je t’aime » de Daria, l’émotion a été forte pour Dany. « J’ai senti qu’on avait passé un cap ». Aujourd’hui, quand Daria part 7 jours chez son papa, Dany lui demande 7 bisous avant de partir. « Et elle adore les faire ! ».

Pour autant, Dany connaît sa place et en parle facilement avec Daria. « Je lui dis que je ne suis pas son « vrai » papa mais que je suis comme tel. Je l’élève et elle a compris qu’elle pouvait compter sur moi ». Le beau-père la rassure beaucoup, notamment sur son sentiment d’abandon lié au divorce de ses parents. « Je lui dis que nous sommes une famille, qu’on ne l’abandonnera pas ». Et l’avantage pour Daria, c’est d’avoir encore plus d’amour autour d’elle ! Dont une « troisième grand-mère », la maman de Dany, avec qui la petite fille va passer une semaine au mois de Mai.

 

Un vrai rôle dans l’éducation

beau pèreComme pour tous les parents, le moment des devoirs peut se transformer en guerre nucléaire ! Mais Dany tient sa ligne de conduite et ne se laisse pas amadouer par les tentatives de Daria. « Elle tente le registre de l’émotion mais ça ne marche ! Je connais les ficelles pour les avoir utilisées à son âge ! ». Il sait aussi qu’il aura peut-être droit un jour au fameux « mais tu n’es pas mon vrai père ». « Mais ce sera dans quelques années, pour son adolescence ! ».

Jusqu’à présent, Daria ne remet pas en doute l’autorité de son beau-père (d’ailleurs pour Dany: « Beau-père est juste la case à cocher car il n’en existe pas d’autres ! Je suis là, présent et c’est l’essentiel »). Quand il la reprend sur des bêtises, elle se laisse faire. « Elle sait qu’elle est en confiance ».

Partager son quotidien avec un enfant renvoie aussi à ses propres souvenirs d’enfance… « Le temps passe vite, donc j’ai surtout envie qu’elle profite de son insouciance, de sa légèreté ». Même si parfois l’actualité oblige à des sujets plus lourds. « Quand il y a des attentats ou des disparitions d’enfants, on sent qu’elle a besoin d’en parler. Alors on l’aborde librement, sans tabous ». Quand il est sur scène, Dany traite de ses sujets en passant le message que « l’on doit continuer à rire, à vivre ». Il fait de même avec sa belle-fille. Lui apprendre à être forte et positive. « Un jour, elle me dit ne pas vouloir aller à l’école, qu’elle avait mal au ventre, qu’elle avait peur d’être malade. Je lui ai parlé du soleil, de la nature, de choses positives, lui ai dit que c’était une battante !».

 

Un beau père à l’aise à sa place et heureux

beau pèreLa compagne de Dany a aussi joué un rôle clé. Elle l’a toujours soutenu et rassuré. Elle lui a laissé prendre sa place. Là où une situation de famille recomposée peut créer des tensions, il n’y a jamais eu de rivalité entre les deux amoureux.

Bien sur, Dany ressent parfois une légère frustration de ne pas avoir d’enfant « biologique » (« Je ne dis pas d’ « enfant à moi » car je considère Daria comme ma fille »). Mais il relativise vite. « L’important est d’être avec quelqu’un que j’aime. Et en plus, si j’avais eu une fille, j’aurai voulu qu’elle soit exactement comme Daria ! ». Passionné de son métier, Dany a « besoin d’être bien dans ma tête pour donner toute l’énergie à un métier très intense. Et elle y contribue beaucoup ».

Et Daria pourrait bien un jour se retrouver au coeur d’un nouveau spectacle de Dany ! Lui qui traite essentiellement de politique et d’actualité, le comédien imagine parfois de nouveaux horizons avec toutes les « histoires et expériences qu’il vit ». « Cela pourrait être un spectacle pour enfant ou un one man show sur ma vie de beau-père !». Ce n’est pas d’actualité mais qui sait… La petite Daria pourrait bien devenir la nouvelle muse du beau-père heureux !

 

Actions

L’ADN de ce blog, c’est de pouvoir s’inspirer d’histoires de papas pour mettre en place des actions permettant d’améliorer son quotidien de papa. Je vous  en propose ici quelques unes:

  • Etre authentique: Comme le dit justement Dany, les enfants sentent tout. Quelles que soient les situations, essayez au maximum d’être vrai, naturel, honnête. La relation avec l’enfant n’en sera que plus belle et sincère.

 

  • Utilisez vos talents : pour Dany, c’est forcément l’humour. Mais on a tous un talent à exploiter ! Trouvez le votre et jouer avec !

 

  • Posez un cadre juste : un enfant, même s’il s’en défend, attend de ses parents un cadre et des limites. Il en a besoin pour se structurer puis s’adapter en tant qu’adulte à une société où des codes existent. Donner un cadre ne veut pas dire être seulement dans l’autorité. N’oubliez pas les fondamentaux de la bienveillance qui aident l’enfant à grandir en confiance et avec une juste estime de lui.

 

Et vous, que pensez-vous de l’histoire de Dany ?

Positivons, partageons et commentons ci dessous !

Retour à la page d’accueil

Partager l'article
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.