Finlande: le seul pays où les pères passent plus de temps avec les enfants que les mères

Note : Ce sujet est une traduction de l’article du Guardian diffusé le 5 Décembre 2017

 

Du congé de paternité rémunéré à la garderie universelle, la Finlande comble le fossé entre les sexes et donne la part belle aux papas. Quels sont les enseignements pour le reste du monde?

La Finlande : un paradis de l’égalité des sexes et de l’harmonie familiale

Pour les Américains et les Britanniques, les pays nordiques sont devenus un paradis quasi mythique de l’égalité des sexes et de l’harmonie familiale, où des légions de pères heureux poussent les landaus dans les rues, où des mères détendues profitent de longs congés maternité payés et où des enfants bien nourris profitent de soins de santé gratuits.

Mais même dans ce contexte, une statistique sur la Finlande, nation de 5,5 millions d’habitants, se démarque : selon un récent rapport de l’OCDE, c’est le seul pays du monde développé où les pères passent plus de temps avec les enfants scolarisés que les mères.

Le rapport Global Gender Gap a classé la Finlande au deuxième rang des pays les plus égaux au monde en 2016, et The Economist l’a récemment classé troisième meilleur pays pour une maman qui travaille.

Comment la Finlande en est-elle arrivée là ? Et que pouvons-nous apprendre de cette petite nation nordique qui pourrait accélérer la bataille pour l’égalité des sexes dans d’autres endroits? C’est une histoire d’action collective et de volonté politique, d’une forte tradition de démocratie sociale et d’un système fiscal accommodant. Mais cela se résume aussi à une différence fondamentale dans la manière dont la Finlande voit les choses : il ne s’agit pas de ce qui est bon pour les adultes, mais de ce qui est bon pour les enfants.

«C’est une question d’égalité des sexes, mais c’est plus une question de droits de l’enfant», déclare Annika Saarikko, ministre finlandaise de la Famille et des Services sociaux, l’une des six femmes ministres à siéger dans un cabinet de onze personnes. “Il ne s’agit pas du droit de la mère ou du père, mais du droit de l’enfant de passer du temps avec ses deux parents”.

 

Un long congés paternité pour les papas

La Finlande pense que les pères jouent un rôle crucial dans le développement de l’enfant. Le gouvernement offre aux pères neuf semaines de congé de paternité, au cours desquelles ils perçoivent 70% de leur salaire. Et pour encourager les pères à en profiter, elle a récemment lancé une nouvelle campagne de communication – avec des dépliants montrant un travailleur du BTP costaud poussant joyeusement un landau – appelé “C’est l’heure des papas !”

«Nous voulons que les pères prennent plus leurs congés parentaux disponibles», dit Saarikko. «Nous sommes tout à fait certains, comme le montre la recherche sur ce sujet, que le lien entre le bébé et le père est vraiment important – les premières années sont vitales- et nous croyons qu’il faut investir dans ce sujet ».

Alors qu’elle défend les intérêts des pères, Saarikko est également un bon exemple de la façon dont les mères finlandaises sont, dans une certaine mesure, libérées des contraintes de la maternité grâce aux politiques de soutien du pays. Elle a 33 ans et a un enfant de trois ans dans une garderie publique à temps plein. Son mari travaille aussi à plein temps. “Vous pouvez être une jeune femme et une ministre ici”, dit-elle. “Ma situation n’est pas anormale. En Finlande, il est normal de combiner travail et famille – ce n’est pas facile, mais ce n’est pas impossible. «

La position actuelle de la Finlande reflète un long héritage de promotion des femmes. Le pays était le deuxième au monde à accorder le droit de vote aux femmes, et le premier – en 1906 – à leur accorder des pleins droits politiques. Aujourd’hui, 42% des parlementaires sont des femmes, alors qu’aux États-Unis, les femmes ne détiennent que 19,6% des sièges au Congrès. “La Finlande était un pays pauvre où les femmes travaillaient aux côtés des hommes et nous devions tous travailler ensemble après la guerre pour rembourser notre dette envers les Russes”, déclare Paulina Ahokas, directrice de Tampere Hall, le plus grand centre de concerts et de congrès des pays nordiques. “Mais les femmes ont également été impliquées dans la prise de décision depuis longtemps – nous croyons que cela conduit à de meilleures décisions.”

papa finlandais

Le soutien social avant la naissance de bébé

L’État finlandais s’efforce de fournir aux mères et aux pères un soutien social significatif avant même la naissance de leur enfant. Et peut-être pas par coïncidence, les parents avec qui le Guardian a parlé en Finlande semblent beaucoup moins stressés que leurs homologues de l’autre côté de l’Atlantique.

Lorsque les parents ont un enfant en Finlande, ils n’ont pas à s’inquiéter d’une facture médicale énorme. Une femme enceinte sans complication peut s’attendre à être vu entre 11 et 15 fois avant d’accoucher gratuitement. Pendant ce temps, aux États-Unis, un accouchement à lui seul coûte en moyenne 10 000 $, tandis qu’une césarienne coûte plus de 15 000 $, selon la Fédération internationale des régimes de santé (IFHP).

En plus de cela, depuis 80 ans, l’État finlandais a également offert aux parents une «baby Box» contenant des articles de première nécessité, notamment un sac de couchage, un matelas, de l’équipement de plein air, des articles de toilette et des combinaisons. Le tout dans des couleurs non « genrées » bien sur ! Alors que les familles peuvent choisir de recevoir 140 euros à la place, 95% des parents pour la 1ere fois choisissent la « baby Box » ( car elle vaut beaucoup plus).

Il a été prouvé que cette « Baby Box » a permis à la Finlande d’atteindre l’un des taux de mortalité infantile les plus bas du monde – elle n’a enregistré que 1,7 décès pour 1 000 naissances vivantes en 2015, contre 5,82 pour les États-Unis-. , mais pas grâce à la « Baby Box » en elle même mais parce que les femmes enceintes doivent avoir un bilan de santé avant la fin de leur quatrième mois de grossesse pour le recevoir. “C’est le contact qui est important, pas la boîte”, explique Anita Haataja, qui travaille pour l’agence sociale finlandaise Kela.

Une fois le bébé né, la Finlande accorde aux mères environ quatre mois de congé de maternité rémunéré et aux pères un peu plus de deux mois de congé payé. En plus de tout cela, les couples peuvent partager entre eux plus de cinq mois de congé parental rémunéré. Alors que la plupart des pères prennent les trois premières semaines de congé qui leur sont offertes, seulement environ la moitié prenne les deux mois complets et seulement un petit pourcentage au-delà – des chiffres que la campagne «C’est l’heure des papas !» espère relancer.

Même après la fin de la période de congé parental, un parent a le droit de rester à la maison et d’être «payé» 450 € par mois, et de retourner au même travail jusqu’à ce que l’enfant ait trois ans. (Certes, certains critiques soutiennent que cette allocation encourage les femmes à rester loin du lieu de travail pendant trop longtemps, nuisant ainsi à leurs perspectives d’emploi).

Pour Sami Sulin, qui travaille dans le back-office d’une banque, c’est une opportunité de passer du temps avec sa fille. Il est resté à la maison jusqu’au 10 mois de sa fille, et il dit qu’un nombre croissant de ses amis font de même. “Personne n’était négatif à ce sujet”, rapporte le papa de 35 ans. “Je pense que c’est plus socialement acceptable maintenant. Il est reconnu que les pères doivent participer à la vie de famille. «

«C’est juste naturel et bon de partager la charge»

La plupart des parents, y compris les mères, retournent finalement au travail – et quand ils le font, l’État met à disposition une garderie publique. Ce service ne coûte que 290 € par mois. À titre de comparaison, aux États-Unis, la garde d’enfants à temps plein coûte 85% du loyer moyen d’une famille dans certains endroits – et peut être même plus coûteuse que d’envoyer votre enfant à l’université. A Londres, la moyenne est d’environ 650 £ par mois. Oh, et en Finlande, quelqu’un d’autre s’occupera de tous les détails.

«Je suppose que la grande différence est que ce n’est pas stressant du tout», explique le responsable des ventes Tuomas Aspiala, 40 ans. «Quelqu’un d’autre organise tout.» Quand une garderie locale n’avait plus d’espace disponible pour deux enfants supplémentaires, la ville d’Helsinki a proposé une nounou pour s’occuper d’eux jusqu’à ce qu’il y ait de la place. “La situation à la garderie est vraiment fantastique. C’est très proche, les gens qui s’occupent des enfants sont merveilleux », dit-il. “Nous ne nous sentons vraiment pas coupables de les laisser là-bas. »

En effet, les soins de la petite enfance en Finlande sont sans doute les meilleurs du monde, comme le montre le classement scolaire de Pisa où la Finlande est toujours en très haute position. «Ici, en Finlande, la scolarité n’est pas du tout un sujet de stress», explique Noora Ahmed-Moshe, 37 ans, qui a eu sa deuxième fille en Finlande il y a deux mois, après avoir vécu à Londres.

Les comportements des entreprises finlandaises tendent aussi à être progressistes. Ici, la plupart des gens commencent la journée vers 8h du matin et finissent généralement entre 16h et 17h. Tout cela s’ajoute à une culture où les parents sont plus en mesure de se répartir le travail de la parentalité.

papa et enfant neige

L’évolution du rôle des papas

Pour Petri et Kirsi Louhelainen, respectivement dirigeant de Start Up dans la technologie et directeur technique d’une entreprise de technologie, ils considèrent tous deux la répartition du temps et du travail à la maison comme importante pour leurs fils.

«Quand je suis à la maison, je suis vraiment impliqué – c’est normal», dit Petri, 41 ans. «Les pères participent à la vie de leurs enfants et les enfants ont beaucoup de loisirs. Et d’après mon expérience, c’est souvent le père qui prend cela en charge ».

Alors que Kirsi, 38 ans, ne peut pas personnellement témoigner que les papas finlandais passent plus de temps avec les enfants d’âge scolaire que les mamans – et il est vrai que les femmes passent encore 71 minutes de plus par jour pour les enfants d’âge préscolaire – elle apprécie la comparaison de son pays avec d’autres dans le monde occidental. “Petri prend soin de tous les vêtements des enfants. Je trouve cela trop stressant », dit-elle. “Mais je cuisine plus. Cela me semble naturel et bon de partager la charge. ”

Un sens profond de la sociale-démocratie

Rien de tout cela n’est gratuit bien sûr. Les impôts représentent 44% du PIB de la Finlande, contre environ 25% aux États-Unis. L’impôt sur le revenu comprend les paiements à la ville ou à la région, à l’état, une taxe de l’église, et une redevance audiovisuelle publique. Quelqu’un gagnant 1,2 million de dollars par an paierait 51,5% d’impôt à l’État.

“Les Américains diront que nous payons beaucoup d’impôts, et c’est vrai, nous le faisons. Je paie beaucoup, mais je ne perds pas le sommeil », explique Aspiala, le directeur des ventes. “Bien sûr, je voudrais payer moins d’impôts, je voudrais que le secteur public soit moins lourd – mais je suis à l’aise avec cela. Je sais que je suis un donneur net plutôt qu’un receveur net, mais si ma taxe va aider quelqu’un d’autre, alors OK. Les Finlandais ont une idée profondément enracinée de la social-démocratie. «

La Finlande est-elle d’accord avec la perception américaine selon laquelle c’est un paradis utopique? Pas encore. Le ministre Saarikko reconnaît que des problèmes profondément enracinés liés au genre persistent, en particulier dans les zones reculées. L’écart salarial entre les sexes oscille toujours entre 16% et 18%, selon la mesure utilisée, ce qui n’est pas différent de 17% à 20% aux États-Unis. La plupart des professions sont toujours dominées par un seul sexe. Et les femmes ne représentent que 23% des membres du conseil d’administration des sociétés cotées.

“L’un des principaux obstacles auxquels nous sommes confrontés est l’illusion de l’égalité des sexes”, dit-elle. “Beaucoup de gens pensent que l’égalité des sexes a déjà été réalisée en Finlande.”

Mais le gouvernement travaille activement pour améliorer ces chiffres. Cette année, le gouvernement finlandais a lancé un Prix international pour l’égalité des sexes dans le cadre des célébrations marquant le centenaire de l’indépendance – il donnera 150 000 euros à une personne ou une organisation qui a fait progresser l’égalité entre les sexes.

«Je ne connais aucun autre pays qui ferait ce genre de prix, c’est une déclaration importante dans une année de célébration, et cela me rend fier», dit Ahokas, le directeur du centre des congrès qui est également le président du prix.

Alors, quelle sera l’évolution du pays dans les prochaines années ? La prochaine grande évolution pour un plus grand équilibre entre les sexes pourrait venir des pères, prédit Katja Lahti, 43 ans, qui écrit un blog populaire sur la famille, Project Mama. «Cela ressemble à un vrai mouvement millénaire de pères qui demandent plus, qui veulent leur voix», dit-elle. “C’est comme s’ils voulaient tout avoir.”

Retour à la page d’accueil

Partager l'article
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire