Mes 3 astuces pour une rentrée positive en famille !

rentrée positive

La rentrée, que ce soit celle de Septembre ou de Janvier, est souvent synonyme de bonnes résolutions. On a pris un peu de recul, on s’est reposé, … C’est le moment parfait pour repartir sur de nouvelles bases en famille ! Avant de reprendre le rythme effréné du quotidien, et si on décidait de faire quelques petits changements pour une rentrée positive en famille ?

Personnellement, je crois plus en de petites évolutions qu’aux grandes révolutions (qui sont finalement plus difficiles à tenir). Et ces évolutions peuvent prendre la forme de petites actions faciles à mettre en oeuvre. Je vous ai donc concocté un programme simple et efficace pour plus de plaisir, de fun et une rentrée positive en famille ! Je l’ai mis en place depuis quelques jours et ce sont de petits riens qui changent pas mal de choses finalement. Envie d’ une bonne dose de positif pour cette rentrée ? Voilà la recette !

Mettre du positif dans le quotidien !

famille positive

Du positif et des moments heureux, on en vit tous chaque jour. Encore faut-il réussir à les voir ? Car pris dans notre rythme quotidien, notre cerveau a plus l’habitude de se focaliser sur ce qui ne fonctionne pas. Ou sur ce qui est agaçant…

Pourtant, il s’agit souvent de point de vue. Et si notre cerveau va naturellement sur ce qui ne va pas, nous avons la possibilité de l’entrainer à regarder ce qui va.

 

Pour l’aider, je vous propose deux actions super simples à mettre en place dans votre famille (que vous soyez déjà parents ou futur parents !). Les deux sont sur le même principe, vous pouvez en choisir l’une ou l’autre en fonction de ce qui fonctionne le mieux pour vous !

  • La boite à bonheurs : chaque jour, chaque membre de la famille ou du couple écrit sur un bout de papier son bonheur du jour. Avant de le mettre dans la boite à bonheur, chacun le partage avec les  autres. Et il n’est pas nécessaire que ce soient des bonheurs énormes ! Cela peut être des moments tous simples : j’ai mangé un bon plat ce midi, j’ai lu un chouette article, j’ai partagé un bon moment avec un ami, j’ai aidé une mamie à porter son sac dans l’escalier, j’ai rigolé à une histoire, j’ai fait un beau rêve, j’ai gagné à tel jeu, … Quand on se pose la question, des moments de bonheur on en vit pleins ! Ré-apprenons à les voir !

 

  • Mon kiffe du jour : un peu dans le même registre, chacun partage (lors du diner par exemple) son kiffe du jour, son moment de plaisir de la journée. Les exemples sont les mêmes que pour la boite à bonheurs mais là, ils permettent de les partager et d’enchainer sur des discussions.

 

Vous pouvez même mixer les deux : écrire votre bonheur du jour, le partager en famille puis le mettre dans la boite à bonheurs !

En le faisant chaque jour, vous allez vous ré-habituer à célébrer les petits moments sympas et positifs que l’on ne prend plus le temps de voir… Et ça fait grandement du bien !!

Changer certaines de ses expressions

Il y a quelques semaines, aidé par des amis, je me suis rendu compte que j’utilisais souvent deux expressions, sans même m’en apercevoir : « Il faut que… » et « Je dois…. » (« Il faut que j’appelle ma mère », « je dois absolument faire le tri dans les jeux des enfants », …) . Et avec des enfants, on a toujours plein d’occasions d’utiliser ces expressions ! Après leur remarque, j’ai prêté plus attention à ces deux expressions et ce qu’elles provoquaient chez moi. Tout sauf du positif !! Cela génère chez moi du stress, de la pression, une obligation. C’est un ordre, une obligation que je me donne. Et pas dit de façon très bienveillante ! Et surtout, si je ne réalise pas ce que je dois faire, boum, la culpabilité arrive à grand pas ! Bref, que des trucs nuls !

J’ai donc décidé de les changer en des expressions plus légères et plus positives. Désormais, j’essaye au maximum (je dis « j’essaye » car les vieilles habitudes reviennent vite !) d’utiliser « J’ai envie », « J’ai besoin », « Je souhaite ».

Ainsi, le « Je dois appeler ma mère » se transforme en « J’ai envie d’appeler ma maman pour prendre de ses nouvelles et parler avec elle ». On n’est plus du tout dans la même chose !

Le « Je dois faire le tri dans les jeux des enfants » devient « J’ai besoin de faire le tri dans les jouets des enfants pour enlever ceux qui ne sont plus adaptés à leur âge ».

Cela n’a l’air de rien et c’est pourtant un vrai changement. Les mots reflètent et ont un impact sur notre état d’esprit. En abandonnant ces expressions pour passer à d’autres moins dures, vous contribuez à vous donner un état d’esprit plus positif, avec une bonne énergie.  Personnellement, j’ai vraiment vu la différence.

Je vous propose donc un exercice en deux étapes :

  • Durant une semaine, vous focalisez votre attention sur vos expressions « Je dois », « Il faut que »… Et vous allez voir le nombre de fois où elles sortent de manière inconsciente !

 

  • Puis, durant 21 jours (durée nécessaire au cerveau pour prendre de nouvelles habitudes), vous vous obligez à ne plus les utiliser pour les remplacer par les « J’ai envie », « J’ai besoin », « Je souhaite ».

Avec des enfants, vous allez vous rendre compte de l’impact de ces expressions sur vous, mais également sur eux. Car eux aussi ne vont plus entendre des obligations mais des envies. Et ça change tout ! C’est une des solutions pour les amener à collaborer avec vous. Leur dire « Il faut que tu ranges ta chambre » ou « J’ai besoin que tu ranges ta chambre pour qu’on retrouve tes affaires et que ce soit plus clair » n’est pas du tout la même chose !

Même avec des petits cela fonctionne ! Mes jumeaux ont 21 mois aujourd’hui. J’ai testé le « Il faut que tu ranges tes chaussures en rentrant » (oui ils marchent depuis quelques mois 😉 ) et le « Je souhaite que tu mettes tes chaussures à tel endroit en rentrant » ne donne pas du tout le même résultat. Car au delà de l’expression, le ton  associé de la voix n’est pas non plus du tout le même. L’un évoque l’ordre quand l’autre évoque la coopération … Et vous avez désormais compris celui qui fonctionne !

Changer ces expressions, c’est contribuer largement à une rentrée positive en famille !

Se préserver un peu de temps

 

papa reposCette troisième astuce est très efficace mais n’est pas la plus facile à mettre en oeuvre. Avec de la volonté et en s’adaptant à ses propres contraintes, on y arrive !

Pour garder un esprit positif, il est bon de se créer des petites bulles de temps juste à soi. Libre à chacun de mettre ce qu’il souhaite dans ces bulles : de la lecture, du sport, de la ballade, du … rien !

Avec des enfants, le travail, la famille, les amis, …, on est vite dans un engrenage grisant mais où on peut vite s’essouffler. Et on peut alors vite dire adieu à la rentrée positive en famille !

 

L’idée de cette dernière astuce est de ne pas s’oublier. Et être un papa (ou une maman) au top avec ses enfants nécessite d’être un parent bien avec lui-même. En fonction de vos obligations, essayez de vous caler dans vos emplois du temps des moments juste à vous. Cela peut être une heure, deux heures, une demie journée, … L’important réside plus dans la régularité.

Pour ma part, je me suis gardé deux jours de vacances en solo. Pour me retrouver et pour travailler. Et cela m’a fait un bien fou ! Neil Pasricha, auteur et conférencier sur la question du bonheur explique dans un article son besoin de se préserver une journée par semaine. Il l’appelle la journée « Intouchable ». Papa de deux enfants et indépendant dans son job, il a décidé il y a quelques temps de se bloquer une journée par semaine « intouchable » où il n’est pas joignable (il coupe donc complètement son téléphone). Il travaille durant cette journée mais il est déconnecté et s’est créé une bulle de temps (cela peut aussi être une demie journée par semaine ou une journée tous les quinze jours). Même si on ne peut pas tous se bloquer une journée par semaine en étant déconnecté (loin de là !), j’ai trouvé cela très inspirant et j’ai mis cette astuce en place pour ma rentrée (en calant déjà des RDV avec moi chaque semaine !).

Chacun adaptera cette astuce à ce qu’il peut faire, sans culpabilité. Encore une fois, l’important n’est pas tant la durée de la bulle à soi que la régularité. Regardez ce que vous pouvez faire et essayez de vous y tenir sur les quatre prochaines semaines (pour trouver votre rythme !). Et remarquez aussi tous les bienfaits que cela entraine sur vous et votre famille. Une vraie astuce pour une rentrée positive en famille !

 

Et vous ? Avez vous d’autres astuces à partager pour une rentrée positive en famille ?

Positivons, partageons et commentons ci dessous !

 

Partager l'article
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  

1 thought on “Mes 3 astuces pour une rentrée positive en famille !”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.