Stéréotype de genre et enfants : Comment accompagner les enfants à être eux-mêmes ?

Stéréotype de genre et enfant

Dans un précédent article, nous avons traité de la question des stéréotypes de genre et de la parentalité. Dans cet article, nous abordons avec Nicolas Gaud, pédopsychiatre, passionné sur la question des stéréotypes de genre, l’impact du stéréotype de genre sur l’enfant. Et comment chaque parent peut accompagner son enfant à être plus libre, à faire ses propres choix. A être pleinement lui même tout simplement. Comment repenser le duo stéréotype de genre et enfants, Nicolas partage son analyse et ses astuces.

 

 

Nicolas, peux-tu te présenter ?

stéréotype de genre et parentalité

Avec mon mari, je suis l’heureux papa d’une petite fille de deux ans. Je suis pédopsychiatre au CHRU de Lille et donc plus spécialisé sur l’enfant et l’adolescent. Et j’ai une expertise plus spécifique sur les prises psychiatriques aigus de l’adolescent. Enfin, j’ai un sujet qui me tient particulièrement à coeur, en tant que papa, citoyen et pédopsychiatre : les stéréotypes de genre.

 

Comment les parents peuvent-ils s’y prendre pour ne pas reproduire les stéréotypes de genre avec leurs enfants ?

Les enfants répondent aux attentes des parents car un enfant a envie de plaire à ses parents, pour se sentir sécurisé. C’est d’ailleurs une autre des responsabilités des parents : faire en sorte que l’enfant ne soit pas trop dépendant de ce sentiment de plaire. Et donc de ne pas être dans la crainte de décevoir ses parents. Et du côté des parents, il est important d’accepter que notre enfant ne soit pas forcément exactement comme nous l’imaginions.

Donc si on ne propose que des petites voitures à son fils, que le jour où il nous demande une poupée on lui répond que c’est un “jeu de fille”, on le conditionne. Et il reproduira les stéréotypes de genre qu’il a vu et entendu. La mission des parents est vraiment d’expliquer à leurs enfants qu’ils ne sont pas obligés d’aller vers telle ou telle direction par convention, qu’ils ont le choix. Stéréotype de genre et enfant, ce n’est pas une équation figée. C’est la responsabilité des parents de faire bouger les lignes. Pour la société et surtout pour le bien être des enfants.

Il y a le choix des parents et des enfants mais il y a aussi les contraintes sociales ( = ce qui est attendu par la société) : comment réussir à combiner les deux ?

Un petit garçon qui veut mettre une robe à la maison , c’est OK, il n’y a aucune raison de le lui interdire. Mais il convient de lui expliquer qu’il ne peut pas forcément le faire à l extérieur, qu’il existe certaines règles sociales à respecter. Qu’on pourrait se moquer de lui. Et qu’en tant que parent, on est aussi là pour le protéger des moqueries. Le parent n’a pas à lui dire que c’est un mauvais choix. Mais plutôt qu’il est important de négocier ses choix avec le reste de la société. C’est en lui disant qu’il n’a pas le droit, sans expliquer, qu’on va alors l’encourager à récupérer tous les stéréotypes liés aux garçons. Et on encourage alors la continuité dans les stéréotypes de genres… Et l’enfant comprend très bien qu’il existe des règles différentes entre la maison et l’extérieur. Tout comme il comprend que les règles sont différentes entre la maison et chez les grands parents par exemple. L’important est d’expliquer avec les justes mots.

Stéréotypes de genre

Illustration d’Elise Gravel qui a imaginé une série de dessins sur le sujet des stéréotypes de genre et enfants

Concrètement, comment les parents peuvent-ils s’ y prendre pour accompagner leurs enfants sur la question des stéréotypes de genre ?

On peut débuter par des lectures sur la question féministe et la lutte contre le sexisme car cela donne un autre prisme aux rôles femme / homme. Il y a aussi beaucoup de littérature pour jeunes qui sont très inspirantes sur le sujet.

On peut aussi se questionner au quotidien. Je viens de dire ça à ma fille mais en fait, est-ce lié à son sexe ou à la représentation sociale ? Que suis-je en train de lui inculquer ? C’est vrai que c’est un travail difficile car cela revient à s’interroger sur comment je vais négocier entre les stéréotypes de genres et les contraintes sociales.

Il s’agit aussi de se rassurer. Si mon garçon veut un jouet catégorisé comme “jouet de fille”, ce n’est pas grave au final.

Enfin, on peut proposer des jouets qui sont moins « genrés » ou des jouets « genrés » mais de tout horizon. Offrir un faux aspirateur à un garçon, c’est une bonne chose !

 

Pour Noel et les anniversaires, on offre quoi à une fille et à un garçon pour éviter les stéréotypes de genres ?!

On peut déjà demander aux enfants ce qu’ils veulent ! Je vois beaucoup d’enfants et d’ados dans mon métier, et j’ai très peu vu de garçon qui n’avait pas un jour demandé un balai ou une fille qui n’avait pas demandé une petite voiture. Encore faut-il respecter leurs choix et demandes ! Le parent n’a pas à être gêné par la demande. Ce type de demande est OK, ce n’est pas grave !

Et mon conseil est également d’apporter de la diversité aux enfants. Pour ma part, j’adore mettre une robe à ma fille car je la trouve très jolie comme ça. Mais elle est aussi très mignonne en pantalon ! Elle aime jouer aux poupées mais adore également que nous nous arrêtions devant la caserne de pompiers pour regarder ce qui s’y passe ! Offrir le choix de la diversité aux enfants, c’est lutter contre les stéréotype de genre, leur ouvrir de nouveaux horizons et surtout les amener à être absolument libre…

 

Et vous ? Que pensez-vous et comment vivez-vous au quotidien le duo stéréotype de genre et enfants

Retour à la page d’accueil

2 thoughts on “Stéréotype de genre et enfants : Comment accompagner les enfants à être eux-mêmes ?”

  1. Stéréotypes de genre: ces perspectives me semblent extrêmement utiles pour les papas Nicolas. Je rajoute: vieille maman d’un garçon 16 et une fille 18, et québécoise, j’ai par ailleurs oeuvrer avec mon mari durant toute l’enfance de mes enfants pour réduire les dommages causés par le système d’éducation français à ce sujet. Les enseignants disaient de ma fille – qui réussit bien à l’école : “c’est normal, c’est une fille” et à fiston qui “ah oui, mais les garçons, il faut les laisser, ils sont moins scolaires”; entendre, moins adapté à recevoir une éducation formelle. Un drame ce que l’école française est encore lourdement stéréotypée. Pour preuve, les statistiques des résultats scolaires et orientation éducation supérieure par genre. Y’a du boulot pour les papas (et les mamans) pour offrir d’autres perspectives aux Loulous, et leur laisser le libre choix de qui ils et elles sont, et ce à quoi ils et elles veulent aspirer…

    1. Merci pour ce partage d’expérience. La question des stéréotypes de genre est vraiment importante pour moi. Et ayant une fille et un garçon, j’ai conscience du quotidien et de l’attention que l’on doit mener pour lutter contre ces stéréotypes. La France est effectivement un peu en retard sur le sujet. Plus nous en parlons, plus les consciences seront fortes et plus les lignes bougeront j’en suis persuadé…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.