L’éducation positive en pratique par un papa !

Livre éducation positive

La parentalité positive, tout le monde en parle ces dernières années ! Mais finalement, il n’y a pas tant de parents qui savent exactement ce que se niche derrière ce terme. Ni comment la mettre en oeuvre concrètement. Gilles Vaquier de Labaume a décidé de changer la donne en rendant la parentalité positive accessible ! Il y a un an, j’avais interviewé Gilles, papa de deux adorables petites filles et fondateur de l’Atelier du Futur Papa. Il vient de publier le livre « Nouveaux papas : les clés de l’éducation positive » et c’est un livre à mettre entre toutes les mains de parents d’enfants de un à cinq ans ! J’ai adoré ce livre déculpabilisant, à la fois théorique et pratique. Concentré d’astuces, c’est un livre bienveillant à s’offrir ou à offrir sans hésiter à chaque futur ou nouveau papa ! Chronique.

L’auteur

Atelier du futur papa

Gilles Vaquier de Labaume est papa de petites filles de six et huit ans et également beau père d’un petit garçon. Devenu papa sur le tard, à 40 ans, Gilles est un papa heureux et fou de ses enfants. Suite à un accident domestique (chute dans l’escalier) de sa fille, il décide de changer de job. Il quitte son emploi de formateur en Laboratoire Pharmaceutique pour se former aux techniques d’éducation positive et monter un concept unique « L’Atelier du Futur Papa ». Aujourd’hui, ce sont des milliers de papas qui ont été formés par Gilles et ses collègues et qui abordent leur paternité avec plus de sérénité.

Avec ce livre, Gilles a souhaité aller encore plus loin en proposant un outil accessible à tous les papas (et les mamans bien sur !).

 

Un livre pour les papas… mais aussi pour les mamans !

Le parti pris de Gilles est clairement de s’adresser aux papas. Et c’est une très bonne idée. Tout d’abord, car il y a peu d’ouvrages sur la parentalité écrits par un papa pour des papas. Le regard est différent et il sait qu’il convient que les messages portés pour des papas soient adaptés.

Comme il le dit, « en général, les hommes sont pudiques, dans la retenue ». Dans notre société, il n’est pas d’usage pour les hommes de parler d’émotions. Hors, quand nous devenons papa, on a face à nous un petit être d’émotions… qui ne sait les maitriser ! Pour bien comprendre son enfant, il est essentiel de se comprendre soi (« La qualité de notre relation avec notre enfant tient avant tout à  notre capacité à nous remettre en question »). Apprendre à appréhender les situations, à poser les mots, à décrypter ce bébé au cerveau pas encore mature… Gilles, dans son livre sur l’éducation positive, prend soin de démocratiser et de vulgariser (sans pour autant perdre le sens) pour que ses messages passent et soient entendus.

Mais bien sur, son livre est aussi destiné aux mamans qui en apprendront beaucoup sur le fonctionnement de leurs enfants. C’est aussi une des forces de son ouvrage. Il prend attache à ne pas opposer le papa et la maman mais bien à les réconcilier. De l’importance de « l’équipe ». Et pour faire une bonne équipe pour son enfant, il est essentiel de se préserver en tant que couple. Gilles revient régulièrement sur le couple et comment réussir la transformation de couple à deux à couple de parents.

Une bonne définition de l’éducation positive

education positiveLe sujet de l’éducation positive est souvent abordé dans les médias ou sur les réseaux sociaux. Mais finalement, il existe une réelle croyance populaire sur l’éducation positive. Beaucoup ne garde que le côté « positif ». Ce qui peut alors être associé à une éducation permissive, où l’enfant est roi. Et c’est loin d’être ça ! Gilles le précise très bien au fil des pages. L’éducation positive, c’est avant tout un cadre et des règles. Comme il l’écrit, « l’éducation positive, la bienveillance, ce n’est pas une attitude laxiste. C’est savoir dire non, fixer des règles mais avec calme et fermeté, sans crier, faire peur ou menacer ». Dans l’éducation positive, « l’adulte apprend à exercer son autorité avec fermeté et bienveillance, dans un rapport respectueux de la position de l’enfant, bien différent du rapport de soumission dans lequel il est traditionnellement maintenu. Sans pour autant se montrer laxiste ou s’appuyer sur un système punitif ». Il s’agit alors de ré-inventer les outils relationnels entre les parents et les enfants.

Gilles ose aussi être honnête vis à vis de la démarche de l’éducation positive (et je dis bien « ose » car ce n ‘est pas ce que l’on peut toujours lire sur le sujet). Oui déployer l’éducation positive auprès de ses enfants est difficile. Et le dire est déculpabilisant pour les parents. Et cela fait du bien. « L’éducation positive et bienveillante est difficile car elle demande de la patience, de la rigueur, une attitude répétitive, remplie d’amour et de respect. (….). Mais le jeu en vaut la chandelle : la relation parent/enfant se fonde sur une confiance réciproque et l’enfant gagne en maturité et en autonomie ».

J’ai aussi beaucoup apprécié comment Gilles explique que les résultats de l’éducation positive ne sont pas des résultats tangibles immédiatement (contrairement à une éducation stricte et punitive qui est efficace à court terme mais tellement destructive à long terme). « C’est un investissement pédagogique à fort potentiel dont la répétition est une difficulté considérable en amont et dont les résultats n’apparaissent que bien après l’action entreprise. (…) Il s’agit là du développement du cerveau, lequel est invisible ». Car c’est bien le coeur du sujet : le cerveau (et l’apport des neurosciences)…

 

De l’expertise et des experts en soutien

Pour illustrer ses différents propos détaillés dans son livre, Gilles, formé à la petite enfance et  la discipline positive, s’appuie sur différents experts et expertises :

  • Les neurosciences : les études récentes sont riches d’enseignements pour l’exercice de la parentalité. Elles nous apprennent par exemple que le cerveau de l’enfant n’est pas mature avant ses deux ans, qu’il ne peut comprendre la négation (cela ne sert donc à rien de lui répéter « ne fait pas ça… »), qu’il ne sait maitriser ses émotions.
  • La Communication Non Violente : c’est une clé essentielle pour mieux communiquer avec ses enfants. Réussir à bannir le « Tu » (« tu n’as pas rangé ta chambre ») et le remplacer par le « Je » permet de rendre plus calme les échanges et surtout de ne pas coller une étiquette à l’enfant, de ne pas l’agresser,…
  • Isabelle Filliozat : psychothérapeute, écrivaine et conférencière, elle apprend aux parents et aux professionnels de l’enfance à avoir une approche emphatique de l’enfant. Elle signe la préface du livre de Gilles et apporte à plusieurs reprises son expertise aux propos de l’auteur. Comme par exemple le concept très intéressant de « réservoir d’amour », essentiel à l’enfant, et que le parent rempli par le verbal et le non verbal en accordant notre attention à l’enfant, en répondant à ses doutes, en en exprimant tout l’amour possible.
  • Serge Lebon : il est formateur pour l’Atelier des  Futurs Papas sur l’Ile de la Réunion et signe de nombreuses citations (à coller sur le frigo pour bien les garder en tête !) tout au long de l’ouvrage. J’aime, par exemple, particulièrement celle-ci : « Toutes les émotions de l’enfant méritent d’être entendues, verbalisées et prises en considération. C’est ainsi que vous pourrez l’accompagner, l’aider à grandir ».

 

Et surtout des astuces pratiques à déployer au sein de la famille !

bébé zen

J’ai gardé le presque meilleur pour la fin ! Une des grandes forces de ce livre réside dans toutes les astuces que l’on peut y trouver pour appliquer à son tour l’éducation positive ! Difficile d’en faire une sélection tellement elles sont nombreuses.

 

Gilles partage ses astuces au fil des pages, en rendant ainsi accessible tous les concepts qu’il développe :

  • le couple : construire un plan éducatif commun, pour essayer d’être toujours en accord avec sa/son conjoint.e
  • la communication avec l’enfant : scénariser la demande pour susciter l’adhésion, éviter les étiquettes négatives posées sur l’enfant, remplacer le si (« si tu ranges ta chambre, nous irons au parc ») par le « dès que » (« dès que tu auras rangé ta chambre, nous irons au parc ») pour aller sur une formulation plus motivante (et moins synonyme de chantage), remplacer les tournures négatives en formulation positive (« Ne touche à rien » est remplacé par « Tu as le droit de toucher uniquement à ça »), aller chercher la poudre de sommeil avant le dodo, le Stop à la place du non, ….
  • les émotions avec des astuces pour ne plus crier sur votre enfant, pour calmer les « tempêtes émotionnelles » de vos enfants, pour désamorcer les colères (détourner son attention, proposer une activité ménagère à deux, soutenir l’enfant, faire dessiner la colère, établir un cahier des succès, …)
  • les situations conflictuelles : le refus d’avancer, les hurlements, les dessins sur le canapé, la crise à la plage, la télé, ….

 

En synthèse

Le livre de Gilles Vaquier de Labaume est pour moi un livre que chaque parent doit avoir près de lui (et non pas juste sur l’étagère de sa bibliothèque ;)). Il y aborde les concepts clés de l’éducation positive en s’adressant particulièrement aux papas pour qu’ils puissent aborder leur rôle sereinement.

En y ajoutant de nombreuses astuces pratiques (une cinquantaine !), il rend l’éducation positive accessible à tous les parents.

Des enfants qui auront la chance d’avoir ce type d’éducation, ce sont de futurs adultes plus empathiques, mieux alignés avec ce qu’ils sont, plus en confiance. Et qui pourront contribuer à un monde plus paisible demain…

 

 

Alors, avez-vous envie de lire ou d’offrir ce livre sur l’éducation positive à un nouveau papa (ou à une maman!) ?

Positivons, partageons et commentons ci dessous !

 

Retour à la page d’accueil

Partager l'article
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.