Livre nouveau papa : « Bébé 1 / Papa : 0 » est fait pour vous !

nouveau papa

Quand on devient papa pour la première fois, on ne sait pas vraiment à quoi s’attendre… On a beau lire ou entendre que c’est un tsunami qui s’abat sur nous, on a du mal à imaginer ce à quoi cela ressemble vraiment. Grâce à Matt Coyne et son livre nouveau papa « Bébé : 1 / Papa : 0 », le jeune père que vous êtes va avoir droit à une plongée dans le monde merveilleux (ou pas !) des premières années de la paternité. Avec son humour dévastateur, ce blogueur anglais partage ses premiers mois de papa et ne laisse rien passer. J’ai adoré ce livre déculpabilisant, drôle, ironique et en même temps plein d’amour. Un livre nouveau papa à s’offrir ou à offrir sans hésiter à chaque futur ou papa débutant ! Chronique.

L’auteur

Matt Coyne est un graphiste et blogueur anglais. En septembre 2015, sa vie est bouleversée par l’arrivée de son fils, Charly. Trois mois plus tard, il commence à écrire sur le sujet sur Facebook puis sur son blog Man vs Baby. C’est un succès mondial énorme, il est suivi par plus de 200 000 personnes. Fort de ce succès, il écrit le livre nouveau papa « Bébé : 1 / Papa : 0 » sur sa récente paternité. Ce livre est, comme il l’indique lui même, le témoignage d’un père imparfait et fier de l’être.

Et c’est vrai que Matt Coyne a tout, de son propre aveu, du père imparfait ! Il se décrit lui même comme « un nul, désorganisé et pitoyablement incompétent. Avec du vomi sur l’épaule et du caca jaune sous les ongles ». Voilà, le ton est posé ! Et pourtant, Matt Coyne est bien plus que cela. Toujours on sent, au travers les lignes, l’amour immense qu’il porte à son fils et l’implication sans faille qu’il met dans son « job » de nouveau papa. Car « il est essentiel que Charlie aille bien. Et parce que son avenir, on en a quelque chose à foutre ».

 

Un livre authentique

Tout au long des pages du livre nouveau papa, le ton et les anecdotes sur sa vie de jeune père sont volontairement apocalyptiques. Mais au moins, vous êtes préparé au pire ! Sur son retour à la maison avec femme et enfant après l’accouchement, il raconte. « Deux semaines plus tard, nous errions dans notre maison en bafouillant comme des poivrots… En quittant l’hôpital, nous avions tout lu sur les aspects pratiques du retour à la maison… Il nous manquait une information : c’est dur ».

Je ne me suis pas retrouvé dans tout mais l’auteur a un véritable don pour décrire les situations ubuesques de façon drolissime. J’ai sincèrement plusieurs fois ri aux éclats à certains passages. Sujet n°1 des jeunes parents, le sommeil de bébé. Matt Coyne n’y coupe pas et raconte sa longue traversée du désert jusqu’au 10 mois de son fils où il a enfin fait ses nuits. « La plus longue période de sommeil que vous avez réussi à avoir depuis la vieille a eu lieu vers deux heures du matin, quand vous avez eu le temps de cligner les yeux ! ».

Ou quand il évoque le début des « vrais » repas de son fils. « Un jour, après un repas particulièrement animé, j’ai ramassé des spaghettis sur la TV et sur la porte du patio… qui ne sont pas dans la même pièce ».

Chaque période y est racontée. Le nouveau papa évoque la première sortie en dehors de la maison avec ces mots. « Pas lavés, débraillés et privés de sommeil, nous avons l’air d’avoir passé la dernière décennie à Beyrouth, attachés à un radiateur. Mais nous sommes résolus à quitter le confort de notre nid, déterminés à vivre une vie en dehors de nos quatre murs, … Oh putain, on a oublié quelque chose… » ! Dans la même veine, ses premières sorties en voiture sont aussi drôles que pleines de vérité. « La distraction que provoque la présence d’un bébé dans une voiture est bien supérieure à celle due à un téléphone portable… C’est un peu comme se faire prendre en otage et conduire avec un flingue sur la tempe. Ou, plus précisément, c’est comme si vous aviez pris en stop un psychopathe, qu’il était assis sur la banquette arrière, qu’il se comportait normalement pour l’instant, mais qu’il pouvait devenir dingue à tout moment ».

Des conseils pleins de bon sens

Matt Coyne, au fil des pages, délivre aussi quelques conseils pratiques. Pleins de bon sens, on peut se dire parfois qu’ils sont une évidence. Mis en perspective avec l’angoisse de nouveau papa, on est plutôt compatissant !

Comme quand il raconte que sa maison avec un bébé ne ressemble plus du tout à son ancienne maison. Et qu’il a posé une barrière en bas de l’escalier à la naissance de son fils. « A l’évidence, je l’ai posée avec deux ans d’avance et pour l’instant ce n’est qu’un obstacle de plus dans une maison dont l’agencement semble avoir été conçue par un crétin ».

Le papa évoque les différentes options pour sortir dehors avec bébé. Son choix s’est finalement porté sur le porte-bébé qu’il a tant décrié et il dit, avec beaucoup de tendresse: « Et si j’ai l’air d’un « hommegourou » ou de l’un de ces pères qui « essayent vraiment » dont je me suis tellement moqué, eh bien tant pis, il y a pire ».

 

Beaucoup d’amour

L’humour parfois cynique de Matt Coyne ne doit pas faire oublier tous les messages d’amour qu’il porte à son fils et l’impact que l’arrivée de son enfant a eu sur la vie du nouveau papa. Sans surprise, nous ne sommes pas dans de l’amour « cul-cul » mais de l’amour authentique et pur qu’un père porte à son fils. « J’ai commencé à comprendre que ce qui définissait un parent, c’était une sorte d’altruisme, un manque d’égoïsme qui me faisait défaut au début, et que la relation entre un parent et son enfant était véritablement unique ».

Et quand il synthétise sa nouvelle paternité, il la décrit ainsi. « C’est la meilleure image que je pourrais trouver pour décrire l’expérience contrastée que constitue le fait d’être parent d’un nouveau né : dans votre champ de vision, vous avez toujours le quotidien banal et parfois dégoutant du caca, de la morve, du vomi et du manque de sommeil. Mais, pour désagréable que cela puisse être, ça ne change rien au fait qu’au même moment il se passe quelque chose d’incroyable, quelque chose qui vous fait remettre en question la place que vous occupez dans l’univers et tout le reste ».

 

Une déculpabilisation des parents

Ce qui est très appréciable dans ce livre nouveau papa, c’est aussi sa capacité à déculpabiliser le nouveau papa. Bien sur, Matt Coyne se dresse en tel anti-héros que chacun se sentira rassuré de mieux faire ! Mais au-delà de ça (ce qui fait déjà du bien !), il place ici et là des messages bien sentis. « Vous tenez la vie de votre enfant dans vos mains et ce n’est pas grave d’être effrayé. Parce que les bons parents doivent vivre dans la peur de merder ».

Quand il évoque les étapes clés de développement de son fils (la marche, l’acquisition de l’autonomie, …) et « l’angoisse » quand ces étapes n’arrivent pas à l’heure dite, il écrit très justement. « Lorsque nous ne parvenons pas à en franchir une, nous commençons à nous demander si nous ne faisons pas quelque chose de travers. Ce qui est complètement con. Parce que, à l’évidence, nous faisons quelque chose de travers… comme tout le monde ».

 

En synthèse

Oui Matt Coyne est un papa comme tout le monde, comme il le dit. Mais il possède cet humour ravageur et un véritable talent de conteur de la parentalité. L’angle pris de son récit (l’ironie, le second degré, l’humour, …) ne se trouve pas si souvent dans les livres de parentalité. Et fait de lui une sorte de héros (ou d’anti-héros) du papa !

Dans son histoire, tout y est délicieusement exagéré. Et à la fois, tout se termine à chaque fois avec une jolie touche de positif et de bienveillance. Des montagnes russes d’émotions. A l’image de la parentalité finalement.

Si vous avez envie d’un autre regard sur les premières années de la parentalité, n’hésitez pas et foncez acheter ce livre !

Alors, avez-vous envie de lire ou d’offrir ce livre nouveau papa (cela fonctionne également pour les mamans !) ?

Positivons, partageons et commentons ci dessous !

 

Retour à la page d’accueil

Partager l'article
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.