Chroniques de Papa confiné / Semaine #5

parent confiné

Et voici déjà la 5eme semaine de confinement … Et être un papa confiné, c’est comme pour beaucoup d’entre nous, un mélange de nouveaux rituels, d’expériences mais aussi de fatigue qui s’installe. C’est ce que nous partage Nicolas, père de deux enfants de 3 ans et 5 mois, Douglas, papa solo en garde alternée de deux garçons de 7 et 4 ans et Arnaud, père de deux garçons de 10 et 8 ans.

La première semaine était celle de la surprise, la deuxième celle de l’adaptation , 3eme celle de la prise de certaines habitudes et la 4eme dessinait une pointe de lassitude … Et comment s’est déroulée cette cinquième semaine de papa confiné ? C’est parti pour le 5ème épisode des chroniques de papa confiné, entre projection sur la reprise de l’école, nouvelles habitudes prises à conserver pour demain, échange avec les enfants sur la situation, finalisation de cabane et démarches administratives pour les entrepreneurs !

Quelle est ta météo émotionnelle du jour ?

Nicolas

Très bonne, à l’image du temps qui nous attend ces prochains jours : grand beau !

Douglas

Le train train du papa confiné se stabilise, le rythme est trouvé et les choses se déroulent de mieux en mieux…alors je dirais que ça va mais qu’il est temps que ça cesse ! Mes enfants font constamment des efforts et ils méritent de retrouver leur univers je pense. C’est pénible de faire respecter le cadre. Pénible pour eux et pour moi…

Arnaud

Comme souvent, je suis partagé : je retrouve une bonne dynamique côté professionnel, le climat est toujours bon à la maison, mais je commence à me poser pas mal de questions sur la suite. Le retour annoncé à l’école pour les enfants, la sortie progressive du confinement professionnel pour Karine et moi, notre organisation pour y faire face… tout ça se bouscule et il y a encore de grandes zones d’ombre. On n’est pas serein de ce point de vue, loin de là.

Comment parles-tu de ce que nous traversons à tes enfants ?

Nicolas

A pierre qui n’a que 3 ans, on a simplement parlé du méchant petit virus qui nous empêche de voir d’autres personnes, d’aller à l’école et au travail. Mais on ne lui en parle pas plus car à cet âge, je pense que ce n’est pas nécessaire, et il ne nous en parle quasiment pas de toutes façons.

Douglas

papa masque

Très peu. Ils ont vite compris la côté transmissible et grave de la maladie donc pas besoin d’en parler trop. Maximilian appelle cela le “Conavirus” et parfois il me touche le bras et me dit “touche t’as le conavirus t’es mort”. Ils savent se tenir à distance des autres enfants quand ils croisent des copains de l’école aussi ce qui est un bon indicateur de leur compréhension. 

Arnaud

J’essaie d’être transparent et rassurant à la fois. Ce n’est pas un sujet que j’aborde spontanément, mais je réponds aux questions qu’ils se posent, qui sont plutôt rares. Ils n’ont pas l’air soucieux du contexte général, et c’est tant mieux. Ils sont dans le quotidien, prennent tranquillement chaque jour après l’autre, et profitent bien des nouvelles « marges de manœuvre » et des souplesses que nous avons mis en place. C’est plutôt sain.

Le plus compliqué est de les préserver face aux informations anxiogènes qui peuvent filtrer de la TV (on limite), des discussions à distance que nous pouvons avoir au téléphone ou en visio avec nos proches. On essaie de faire gaffe, mais ils ont des radars toujours en alerte.

Nous avons beaucoup parlé ces derniers jours du retour à l’école : comment envisages-tu les choses de ton côté ?

Nicolas

Et bien honnêtement on a hâte… Bon on sait que pour les petites sections de maternelle, ce n’est pas encore pour tout de suite. On va probablement confier Pierre à sa mamie maternelle et à ses grands parents de mon côté les 2 premières semaines du déconfinement.

Douglas

Ben j’ai découvert qu’ils allaient rentrer le 25 mai alors on a le temps (sic…). Franchement je n’envisage pas grand chose, je ne leur mets plus la pression pour l’école à la maison et ils travaillent les choses sur lesquelles ils ont du plaisir. Le reste on verra bien à leur retour…mais ils auront davantage appris sur eux-mêmes qu’appris de nouvelles notions je pense. De toute façon la France s’est précipitée dès le confinement dans un fantasme d’école à la maison alors que personne (profs et parents ET enfants) n’étaient prêts. Il n’y a eu aucun respect / temps donné aux parent pour basculer ce qui montre la violence du confinement. Perso je pense que le gouvernement a manqué totalement d’empathie et de compassion pour les parents et les enfants. Cet empressement de faire l’école alors que tu dois apprendre une nouvelle vie, c’est marcher sur la tête.

Bref je trouve que c’est du n’importe quoi, à la lumière du comportement du personnel sur le Titanic qui pense encore qu’il faut traiter les personnes selon leur classe alors que le navire coule. Franchement on s’en tape que nos enfants (sauf en cas de Bac) continuent d’apprendre comme des fourmis, le plus important c’est qu’ils vivent bien le confinement. Comme si rater 2 mois aller te faire rater une vie ! Mais quel délire. 

Arnaud

D’après les dernières nouvelles, Maxence reprendrait à partir du 11 mai et Adrien à partir du 25. Et on ne sait pas encore si Karine, qui bosse dans un lycée, est sensée reprendre le 11 ou le 18 mai (pour préparer la reprise ou reprendre en même temps que les lycéens). Un joyeux bordel qui s’annonce.

Et quant aux modalités sanitaires pour mettre tout ça en place, on attend encore des informations concrètes de l’école et du gouvernement. Tu le vois venir, le Kamoulox organisationnel ? Nous sommes très partagés : dans l’absolu, bien sûr que la reprise de l’école est souhaitable pour les enfants, mais nous sommes dans un contexte trop hypothétique. La priorité pour nous reste de limiter les risques pour leur santé, celle des instits, du personnel de garde, etc… Sans être expert, je ne suis pas certain que toutes les conditions seront vraiment réunies à cette échéance. En tout cas, rien ne nous le garantit. Alors que la situation est loin d’être stabilisée, j’ai peur qu’on nous impose un retour à « l’anormal ».

L’autre aspect est intérieur : un peu bizarrement, plus cette perspective de retourner à « la vie d’avant » approche, plus j’appréhende pour eux et pour nous. L’air de rien, on a pris des bonnes habitudes, on s’est approprié la situation et on y trouve plein de bénéfices et d’avantages, à commencer par le temps privilégié qu’on passe ensemble et les nouveaux rituels. Il ne faut pas se leurrer, on va passer par une phase de deuil de cette période de « cocon-finement ».

Ressens-tu des choses / actions imposées par le confinement et que tu souhaiterais finalement préserver sur le après-confinement ?

Nicolas

Une principalement : la vie à la vraie campagne… Nous sommes confinés dans un maison de campagne avec très grand jardin, et on se dit que c’est vraiment ce mode de vie que l’on voudrait. Bon ça risque de prendre un peu de temps, mais cela nous a convianvu définitivement !

Douglas

Ma vie avec Aude me manque, le vélo en plein air me manque, aller au pub avec les potes me manque, laisser mes enfants jouer avec leurs copains me manque…le reste, on s’adapte ! J’ai pas vraiment l’impression d’avoir changer de vie. Je bosse plus qu’avant et je mange juste un peu moins. J’ai varié les plaisirs pour tenter d’avoir de meilleurs abdos…

Arnaud

Rien d’imposé en fait. J’aspirais déjà à un meilleur équilibre entre les « espaces et temps » de vie familial et professionnel quand je me suis lancé à mon compte il y a 4 ans. L’objectif reste, même si, après le ralentissement d’activité, je m’attends à une période un peu dingue à partir de septembre, qui me rendra bien moins disponible.

Concernant les repas, aussi on était déjà sensibles à acheter le plus local possible, ce qui s’est accentué avec la crise. On a des solutions en campagne, les producteurs et commerçants se sont bien adaptés. Même si ça ne remplacera pas le côté pratique du drive pour faire le « gros plein » en semaine, on le fera davantage.

Avec les garçons, je vais essayer de poursuivre les activités plus manuelles, le bricolage, des trucs qui salissent un peu « mais c’est pas grave », avec des vrais outils qu’on utilise surtout « quand on est grand ». ça a été ma grande nouveauté de papa confiné . Après le jardinage et la cabane, on enchaîne avec eux des travaux de peinture plus importants dans la maison, ça ne rigole plus. 😊 

Enfin, j’en ai déjà parlé, mais je vais davantage parler de mon job avec eux. Ça les intéresse vraiment de savoir ce que Papa fait devant son ordi, en réunion ou en déplacement, et avec qui il travaille.

Une astuce que tu souhaites partager avec les autres parents pour les aider à mieux vivre le confinement ?

Nicolas

Et bien je ne sais pas si on peut appeler ça une astuce, mais avec ma compagne on ne regarde quasiment pas la télé, mais là on a décidé de se lancer ensemble dans une série.

Et c’est devenu notre petit temps de partage qui nous permet de nous changer un peu les idées… ça nous fait un bien fou (pour la petite anecdote, on regarde le bureau des légendes, 5 saisons de 1 épisodes, c’est franchement génial)

Douglas

Foutez la paix aux enfants et laissez-les choisir leur emploi du temps pour apprendre à leur rythme les choses qui leur font plaisir ! Vivez votre vie, prenez un peu de temps mais ne leur donnez pas tout votre temps car il faut tenir un équilibre.

Arnaud

Trouvez des projets communs avec vos enfants, au-delà de la routine, et faites-les ! Ils ne vous lâcheront pas, et ça sera pour la bonne cause.

Le moment galère de la semaine ?

non enfant

Nicolas

Et bien grande nouvelle, pas de moment galère cette semaine. Bon j’ai dû faire un A/R au bureau basé en Belgique, donc ça a été une belle mission, mais pas réellement une galère, car j’étais hyper content de retourner au bureau !!

Douglas

Quand mon fils me réclame du temps pour jouer bien que je passe 2h/jour à jouer avec lui et que cela ne lui suffit pas. Raler sur mes enfants pour qu’ils m’écoutent il y a deux soirs et me rendre compte qu’ils sont usés de cette histoire.

Arnaud

Comme l’activité redémarre côté pro, j’ai tendance à reprendre un rythme de sommeil pas raisonnable, avec 2 ou 3 nuits de 4 à 5 heures. Chassez le naturel…

Un autre truc plutôt gonflant et lourd, mais nécessaire avant la reprise normale d’activité : entamer les démarches, avec mon comptable et ma banque, pour mobiliser les aides et préserver ma trésorerie. J’attends des nouvelles.

Le moment fun de la semaine ?

alternatives à la punition

Nicolas

Une cession câlins, guilis, et fous rires entre Pierre et Mariette qui a duré un bon moment et qui était belle à voir… Un cadeau pour un papa confiné !

Douglas

On a fait (ou plutôt essayé) des gâteaux avec Maximilian fourrés au chocolat et à la confiture. Maximilian a découvert de nouvelles saveurs et est fan de ma salade de fruits. Les déjeuner avec les garçons au cours desquels on discute beaucoup. Les efforts de Darcy pour tester de nouveaux aliments. Voir Darcy serein après avoir joué aux légos dans la cour en bas de chez nous pendant 1h30 avec des enfants de son âge (en respectant les distances) parce que nos enfants ont besoin d’interagir entre eux et que nous restons leur parent…Côté perso, les soirées avec Aude et les apéros Skype avec mon pote à Madrid !

Arnaud

Pas un moment en soi, mais un vrai marqueur temporel : on ne va pas tarder à récolter nos premiers radis plantés en début de confinement. Un beau symbole. 

Et vous ? Comment s’est passé votre 5eme semaine de papa confiné ?

Positivons, partageons et commentons ci dessous !

Retour à la page d’accueil

Crédits photos : unsplash, les papas interviewés

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.