Comment préparer les enfants au monde de demain ?

préparer les enfants au monde de demain

On le vit tous chaque jour : le monde est en pleine transformation. Le web et le digital ont transformé en quelques années notre façon de vivre, de consommer, … et de travailler. On peut être pour ou contre mais c’est un fait. Et il est donc nécessaire de s’adapter. D’autant plus que les études indiquent que 85% des métiers de 2030 (donc demain !) n’existent pas aujourd’hui .

Alors oui, nous devons nous adapter. Et en tant que parent, nous avons la responsabilité d’aider nos enfants à se préparer au monde de demain. Pour qu’ils puissent trouver « facilement » leur place dans ce nouveau monde. Mais alors, comment faire ?

Histoires de Papas est allé rencontrer Maxime Kouchnir. Après plus de 10 ans passés aux Etats-Unis où il a pu observer les nouvelles compétences développées chez les enfants, ce papa de trois filles est rentré en France avec la ferme intention de changer la donne. Avec sa femme, Yasmine, il a créé Moonkeys (MoonKeys, les clés de la lune en français et donc donner les clés du monde de demain aux enfants), des ateliers pour l’après école et les vacances scolaires qui changent des classiques sport et musique. Maxime partage avec nous ses conseils pour préparer les enfants au monde de demain.

 

Maxime, peux-tu te présenter ? Comment est née ton envie de développer des actions auprès des enfants ?

préparer les enfants au monde de demainJ’ai 46 ans et suis le papa de trois filles de 13, 11 et 7 ans. Avec ma femme, nous avons passé 10 ans aux USA (3 ans à Boston à deux, puis avec les enfants 3 ans et demi à New York et 3 ans et demi à Toronto). J’ai occupé des fonctions de cadre dirigeant en marketing et management pour de grands groupes français et ma femme était (et est toujours !) chercheur sur les changements climatiques.

De l’autre côté de l’océan, on a vu comment la pédagogie avait évolué pour les enfants avec le numérique. Les américains (NDRL : comme les pays nordiques d’ailleurs ) ont compris l’importance de développer ce qu’on appelle les « soft skills », les compétences comportementales, pour les enfants. Tout en les éduquant aux enjeux du numérique. Le numérique est une réalité et il est primordial d’apprendre à nos enfants à mieux consommer les écrans, à devenir des acteurs et à ne pas être simplement passif.

Nous sommes rentrés en France pour reconnecter nos filles à leur pays d’origine, la France. Et avec ma femme et un 3eme associé, nous avons décidé de contribuer à préparer les enfants au monde de demain. Nous avons créé Moonkeys qui propose des ateliers innovants aux enfants de 7 à 17 ans, en « after school » et durant les vacances scolaires. Le premier atelier s’est tenu en Septembre 2018 sur Paris. Nous avons déjà accompagné plus de 200 enfants sur Paris et Lille et on va se développer sur toute la France et à l’International !

 

Peux tu nous partager ta vision du monde de demain, telle que tu l’imagines aujourd’hui ?

Les enfants doivent se prendre en main dès aujourd’hui pour devenir des adultes qui sauront s’adapter. D’ailleurs, ils le font déjà naturellement, nous n’avons qu’à les encourager ! Les enfants d’aujourd’hui auront 10 métiers différents en tant qu’adulte. Il est nécessaire de leur apprendre à apprendre, à s’interroger, à se remettre en question. On ne connait pas les compétences techniques dont ils auront besoin. Notre rôle est de leur apprendre à être curieux, créatifs et adaptables.

Je pense que le monde de demain sera aussi un monde avec plus de sens. Je le vois bien avec les enfants que nous accompagnons en stage. Tous les projets qu’ils proposent spontanément sont des projets à « impact » : le racisme, un droit à la santé à tous, un capitalisme avec du sens, une autre utilisation de l’énergie, une consommation différente, un rapport aux autres, … Ce sont eux qui proposent ces thématiques ! Et c’est à nous de ne pas les brider, de leur proposer un espace de créativité, sans jugement.

 

Quels sont les ateliers que l’on peut trouver chez Moonkeys et comment les as-tu imaginé ?

préparer les enfants au monde de demain

Tous nos stages sont construits autour de deux blocs : les softs skills et le numérique. Pour nous, les deux sont extrêmement liés et doivent être connectés. Nos animateurs de stages sont des guides qui donnent aux enfants une culture générale complémentaire de celle donnée par les écoles. Et toujours avec du fun car on apprend bien mieux en s’amusant !

Aujourd’hui, nous proposons 4 ateliers différents d’une durée de 15 heures (car on veut qu’il y ait de réelles créations et cela prend du temps) :

  • « Coding Generation » où les enfants apprennent, au travers du jeu vidéo et de la robotique, à coder
  • « Reporter Digital », en partenariat avec Le monde des ados, où les enfants apprennent à décoder les fameuses Fake News et à créer leur propre journal
  • « Junior Start Up » pour développer un projet innovant comme une start up !
  • « Story Telling » où les enfants imaginent leurs propres histoires puis réalisent un film.

Pour construire nos stages, nous nous sommes inspirés de ce que nous avons observé aux USA. Là bas, les enfants travaillent beaucoup en mode projet, en groupe. On a aussi observé comment les enfants étaient encouragés à prendre la parole en public. Cette aisance dans l’art oratoire est très forte chez eux alors qu’elle est peu développée en France. Or, nous sommes dans un monde de communication où il est important de savoir raconter des histoires, d’utiliser les mots et de les faire sonner…

 

As tu constaté une évolution et une prise de conscience des enfants qui ont suivi les ateliers Moonkeys au fil du parcours ?

L’évolution est notable, aussi bien sur les softs skills que sur les compétences numériques. On a vu des enfants qui sont arrivés introvertis et qui se sont ouverts, sur soi et sur les autres. On voit souvent des plus grands prendre les plus petits sous leurs ailes et c’est aussi ce que l’on cherche à leur apprendre : l’importance de la communauté et de la transmission.

Et il y a, bien sur, une grande acquisition dans les compétences techniques, que ce soit en programmation ou en technique journalistique.

Mais ce qui nous fait le plus plaisir est de voir les enfants épanouis, intéressés… tout en devenant copains !

 

Les parents sont aujourd’hui extrêmement sensibilisés à l’utilisation des écrans par les enfants. Comment gérer ce paradoxe en leur proposant de passer du temps devant un écran pour coder par exemple ?

préparer les enfants au monde de demain

Pour moi, il n’y a pas de réponse simple à cette question. La vraie question est comment réussir à intégrer les écrans dans le système de valeurs de la famille. Il est nécessaire de poser des règles pour réussir à intégrer les écrans harmonieusement au sein de la famille. Et réussir à trouver l’équilibre.

 

Dans l’ère numérique dans laquelle nous vivons, il me parait intéressant de différencier  le temps passé sur les écrans en temps utile et temps récréatif. Le temps utile, c’est du temps dédié aux travaux liés à l’école et le temps récréatif, c’est pour s’amuser. Le temps utile se déroule la semaine et le temps récréatif le week-end. Ce sont les règles que l’on a dans ma famille et c’est vraiment à chaque famille d’imaginer ce qui fonctionne le mieux pour elle.

Une des clés pour préparer les enfants au monde de demain est de les faire passer de consommateurs passifs du numérique à la posture d’acteur créatif : comment s’y prendre ?

préparer les enfants au monde de demainMettre nos enfants en situation de faire ! On leur propose des parcours avec des challenges ludiques. Etre consommateur de jeux vidéo, c’est une chose mais leur proposer de se transformer en créateur de jeux vidéos, c’est plus stimulant ! L’enfant développe une capacité d’appréciation en  imaginant un jeu vidéo un jeu video qui ne soit ni trop difficile (trop frustrant) ni trop facile (trop ennuyeux) afin que le joueur y prenne un vrai plaisir. C’est une notion intéressante à développer pour l’enfant. Cela lui montre toute la nécessaire réflexion dans la construction d’un jeu vidéo. Il comprend aussi l’importance de l’écrit, de l’imagination.

C’est la même chose avec l’utilisation de l’outil You Tube. Faire une vidéo, c’est facile, mais construire une vidéo esthétique et impactante, c’est autre chose. Et pour cela, il est nécessaire d’apprendre à utiliser un fond vert, l’incrustation, le montage, …

Apprendre par le « faire », en s’amusant, c’est la clé, c’est motivant.

Au-delà des ateliers proposés par Moonkeys, as-tu des exercices pratiques ou des jeux à partager pour aider les parents à préparer les enfants au monde de demain ?

Il y a plusieurs conseils que je donne aux parents que je rencontre lors des stages :

  • Veiller à sa propre hygiène numérique. C’est être dans l’exemplarité. Avant de faire des reproches à nos enfants, regardons nos propres comportements vis à vis du numérique
  • Etre curieux. ce n’est pas parce que l’on a passé 40 ans que l’on ne peut pas comprendre. Avant de critiquer le jeu Fortnite par exemple, passez un peu de temps à y jouer avec vos enfants. Vous allez découvrir comment, au delà du jeu vidéo, c’est un espace d’échange, une création de communauté
  • Les accompagner dans les recherches Google qu’ils doivent faire pour leurs devoirs. Un parent a déjà une culture générale et effectue ses recherches Google de manière plus efficace. Les enfants ont besoin d‘être guidés. Vous pouvez aussi essayer avec eux le moteur de recherche Quant  qui est français et qui a une charte de respect de la vie privée importante.
  • S’exposer à ce à quoi s’exposent les enfants sur le numérique pour les comprendre. Et sans les juger. Apprenez avec eux ! Cela nous permet, nous parent, de nous remettre à niveau.

 

En quoi les papas ont-ils un rôle particulier à jouer dans cet apprentissage ?

papa et jumeauxDe manière générale, je pense que les papas prennent une responsabilité croissante dans l’éducation des enfants. On est de plus en plus nombreux à quitter nos jobs salariés pour devenir entrepreneur (NDRL : comme cela a été le cas pour Oliver, Corentin ou Gilles) et ainsi avoir plus de temps pour nos enfants. Aujourd’hui, je travaille toujours beaucoup mais j’organise mon temps comme je le souhaite. Et j’ai beaucoup plus de moments avec mes enfants.

Je pense que les papas ont un rôle à jouer pour déjouer les stéréotypes de genre et accompagner leurs filles être fortes et à leurs garçons à ne pas être des machos !

Et enfin, je crois fondamentalement en la valeur de l’exemplarité. On dit à nos enfants que le monde se transforme et qu’ils devront s’adapter en permanence. C’est important pour moi de dire à mes enfants « Regarde, papa et maman ont quitté des grands groupes pour monter leur boite. Une entreprise qui a un sens et un impact ». Alors bien sur, tout le monde ne peut pas forcément faire cette bascule. Mais croire en ce que l’on fait, défendre un projet qui vient du fond du coeur, quelque soit ce projet, c’est un formidable terreau d’apprentissage pour nos enfants…

 

Et vous ? Etes-vous prêt à préparer les enfants au monde de demain ?

Positivons, partageons et commentons ci dessous !

Partager l'article
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.