Parent préféré : comment réagir face à cette situation ?

parent préféré

Lorsque l’on devient parent, nous avons souvent cette image de la famille idéale : un couple heureux, des enfants épanouis et rieurs et une complicité entre chaque membre de la famille. Et parfois (souvent !), la réalité ne correspond pas tout à fait à ce que nous imaginions… Sur les premières années, il se peut que l’enfant décide d’avoir un parent préféré. Il y a plein de raisons qui l’expliquent. On le sait. Mais face à cette situation, nous ne sommes pas forcément rationnel. Et cela peut générer des tensions au sein du couple et de la famille. Le parent qui se sent délaissé peut même être amené à s’isoler, à se mettre de plus en plus de côté, voire à fuir…

Des solutions existent pour faire face à cette situation de parent préféré. Et elles concernent tous les membres de la famille : le couple, chaque parent et l’enfant bien sur. Décryptages et astuces pour vous aider à se sortir de cette phase.

Parent préféré : pourquoi cela arrive ?

enfant et parents

C’est une situation un peu tabou et qui arrive pourtant plus que l’on ne le croit. Donc si vous êtes concernés, essayez de commencer à relativiser. Vous êtes loin d’être un cas unique. Sur ses premières années (souvent entre 2 et 6 ans), l’enfant peut avoir un parent préféré.

Il existe plusieurs raisons qui expliquent qu’un enfant puisse décider d’avoir un parent préféré. Il y a évidemment déjà une histoire de temps. Si l’un des parents passe plus de temps, sur les 1ers mois et années, avec l’enfant, le lien d’attachement sera plus fort.  En effet, l’enfant comprend que l’un des parents est celui qui répond à ses besoins essentiels. C’est d’ailleurs l’une des (nombreuses) raisons qui démontre l’importance d’un congé paternité long. Il se peut également que l’un des parents ait besoin de plus de temps pour trouver sa place au sein de la famille, et auprès de l’enfant. Ce dernier prend alors des « habitudes » et se réfère plus à un parent qu’à l’autre. Car il se sent plus en « sécurité ».

Les « rôles » dans l’éducation peuvent aussi avoir un impact. Si un parent détient le rôle plus « affectif » quand l’autre le rôle plus « cadrant », l’enfant pourrait se sentir plus proche de celui qui est plus emphatique. De même, si l’un des parents ne prend pas de plaisir à jouer avec l’enfant, ce dernier le ressent et peut s’en détacher. Car pour lui, jouer c’est la vie et son occupation essentielle ! Enfin, cette situation de parent préféré peut également se développer en cas de divorce des parents.

Parlez en au sein du couple

bébé préfère un des parents

Cette situation génère souvent un malaise au sein du couple. Et c’est tout à fait compréhensible. Sentir que son enfant « aime moins » l’un de ses parents peut être douloureux. Il est essentiel de ne pas laisser le malaise s’installer. Cela ne doit pas être un tabou dans le couple. La communication entre les deux parents, plus que jamais, doit être de mise. Cela ne doit pas se transformer en « non dit », au risque d’augmenter le sentiment d’isolement du parent moins préféré par l’enfant.

Il s’agit alors pour le parent se sentant délaissé d’exprimer au maximum ses émotions. Oui le parent a le droit de se sentir triste. Oui il a besoin d’être soutenu. Il ne s’agit pas de laisser l’enfant « au milieu » de ses deux parents. D’ailleurs, ceci pourrait même accentuer le sentiment de préférence de l’enfant. Il pourrait avoir envie de prendre parti. Et souvent pour son parent préféré. Osez parler entre vous de cette situation pour que ces sentiments ne soient par larvés et se transforment en tensions fortes au sein du couple.

Enfin, n’oublions pas qu’il existe aussi un fort risque d’amener le parent préféré à un sentiment d’épuisement. Etant particulièrement sollicité par le petit bout, la casquette de parent préféré peut vite se trouver très lourde à porter…

Eviter la culpabilité

parent préféré

Face à ce cas, la culpabilité, grand héritage de notre éducation judéo-chrétienne, peut arriver à grands pas. Avec des effets ravageurs pour le couple et la famille. Cette culpabilité n’est pas aidante. C’est même tout le contraire. Pour y faire face, chaque parent peut agir.

Les solutions pour le parent préféré

  • Auprès de l’enfant : il s’agit de ne pas systématiquement répondre à ses besoins de présence et de laisser la place à l’autre parent. « Et si tu allais voir papa/maman pour lui demander de jouer aux légos plutôt qu’avec moi ? ». Cette proposition, positive et exprimée par le parent préféré, a des chances d’être entendue par l’enfant. Et donc de rapprocher l’enfant et le 2eme parent. Le parent préféré doit alors accepter de se mettre un peu en retrait pour laisser la place à l’autre parent.
  • Auprès de l’enfant  : Il est également important de ne pas laisser toujours le choix à l’enfant de choisir entre ses deux parents. « Mais papa/maman a dit que je pouvais manger du chocolat, toi tu dis toujours non ». Il s’agit alors d’être cohérent entre les deux parents dans les messages qui sont passés à l’enfant. L’absence de cohérence peut renforcer, pour l’enfant, le sentiment qu’il existe un parent « gentil » (= qui le connait mieux et qui répond mieux à ses besoins et envies) et un autre « méchant ».
  • Auprès de l’autre parent : il s’agit de ne pas être dans le reproche permanent. Le parent préféré peut avoir tendance à se dire qu’il « sait mieux ». Il convient alors absolument d’éviter les « Tu devrais faire ça avec lui, cela fonctionne mieux ». N’oubliez pas que le « tu tue » et essayez au maximum d’utiliser la bienveillance et la méthode de la Communication Non Violente. Et pour l’autre parent, qui se sent déjà en situation de fragilité, le « Tu devrais faire comme ça » peut être perçu comme « Je ne sais pas faire. Donc je ne fais plus ». Et là c’est mettre un pied sur l’autoroute de l’isolement pour le parent…

Les solutions pour le parent mis à l’écart

  • Auprès de l’enfant : faire preuve de patience ! Je sais que ce n’est pas évident, que le sentiment de lassitude peut vite s’installer. Pourtant, il est essentiel de ne pas abandonner sa place. D’encore et encore proposer des activités à l’enfant. Avec le temps, il évoluera et se rapprochera
  • Auprès du parent préféré : ne pas lui en vouloir. Il ne s’agit pas de rejouer le match de ce qui a généré cette situation. C’est ainsi aujourd’hui, le passé est dépassé. Passez ou restez en mode équipe. Pour trouver, à deux, les bonnes solutions
  • Avec vous même : faites vous confiance ! Vous avez en vous toutes les qualités et les talents pour être un Super parent !

Participer au maximum aux routines de l’enfant

papa et enfant

Un être humain a besoin de routines pour évoluer dans la vie. C’est vrai pour les adultes (si si !). Et c’est encore plus vrai pour les enfants. Leurs vies, sur leurs premières années, sont constituées de routines ! Et plusieurs papas, comme Alexandre, le dise : leurs vies de parent sont constituées de routine !

Pour (re-)créer une connexion avec votre enfant, essayez de participer au maximum aux différentes routines de l’enfant. L’idée est d’identifier plusieurs moments dans la journée ou la semaine qui deviennent VOS moments avec votre enfant. Vous pouvez vous transformer en pilote d’avion qui, en portant l’enfant sur son dos, l’amener en voyage jusqu’au lit. Vous pouvez être le chevalier brosseur de dents. Et pourquoi ne pas être le grand sage conteur d’histoires du soir ? Ou encore le Chef cuisiner qui prépare une fois par semaine le repas préféré de votre enfant ? Etre parent, c’est exercé des dizaines de métiers, alors vos trouverez forcément le votre !

Jouer avec votre enfant

parent préféré

Au delà des besoins physiologiques (manger, dormir, être lavé), jouer est l’activité essentielle de l’enfant. Pour re-créer du lien avec son enfant, lorsque l’on n’est pas le parent préféré, le jeu est souvent la meilleure des solutions.

Alors.. jouez, jouez, jouez ! Avec de la régularité (si possible au quotidien), même si ce ne sont pas de longs moments. La qualité est préférable à la quantité. Et pour les jeux, vous avez deux solutions : 

  • faire preuve d’empathie et s’adapter aux jeux de vos enfants. Ce qui vous intéresse, c’est de jouer au scrabble ou à la console avec lui. Mais il est trop petit ! Alors faites un pas vers lui. Construisez des tours ou des camions, déguisez-vous avec votre enfant, aidez le à préparer un spectacle, jouez à la poupée, … 
  • proposer à votre enfant de découvrir votre univers. Pour cela, vous pouvez utiliser l’exercice PASSION (présenté dans mon guide du Super Papa, en téléchargement gratuit en haut ou en bas de cet article). On a tous des passions. Cela peut être la musique, le bricolage, la cuisine, la danse, les livres, le dessin, le jardinage, le sport …. En utilisant l’univers que vous aimez vraiment, vous vous sentirez plus à l’aise. Vous serez dans votre élément. Vous serez aussi plus détendu et prendrez plus de plaisir pour partager ce que vous aimez avec votre enfant. Et lui va forcément le sentir. 

Montrez lui que vous l’aimez !

parent préféré

Un enfant se nourrit et se construit en se sentant aimé. De façon inconditionnelle. Alors bien sur, si votre enfant vous rejette quand vous lui proposez un câlin, essayez de ne pas le lui reprocher. Ne le forcez pas. Là également, faites preuve d’empathie et dites lui que vous l’aimez et que vous serez là quand il sera prêt à venir vous faire un câlin.

S’il décide de vous faire un câlin, essayez de ne pas lui reprocher qu’il ne vous en fait pas assez. Ou de spécifier que cela fait bien longtemps qu’il n’a pas voulu vous en faire. C’est culpabilisant pour lui. Et ca n’aidera pas à faire avancer dans le bon sens votre relation.

Et enfin, vous l’avez compris, l’enfant fonctionne beaucoup par le jeu. Alors pourquoi ne pas transformer votre tentative de lui faire un câlin en jeu ? Vous pouvez vous transformer en Monsieur Calin qui va l’attraper, le faire se tordre de rire avec vos chatouilles et terminer par un gros câlin tout calme !

Avoir un parent préféré est une situation courante. Mais il n’existe pas de fatalité. Vous pouvez faire en sorte de faire évoluer la situation. Grâce à vous, à votre partenaire et à votre enfant. Faites lui confiance, mobilisez vous. Et la connexion avec votre enfant va revenir. Votre relation sera intense et pleine d’amour.

Et vous ? Comment réagissez vous face à un enfant qui a un parent préféré ?

Positivons, partageons et commentons ci dessous !

Retour à la page d’accueil

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.