Softs Skills : comment utiliser ses compétences de papa dans son job ?

Peut-être que certains d’entre vous sont passés à côté (beinh oui, vous êtes ou allez être papa, vous avez peut-être passé plus de temps à chercher des infos sur le dodo de bébé que sur les soft skills, je comprends !). Mais depuis quelques années, les médias ou réseaux sociaux (comme Linkedin, moins Facebook ou Instagram !)  évoquent énormément le sujet des softs skills. 

Les softs skills sont ce sont les compétences comportementales. Et nous en avons tous ! Et plus nous en avons conscience, plus nous les développons. Et comme aujourd’hui les recruteurs mettent l’accent sur ces softs skills, il est intéressant de savoir comment nous les déployons. Et la vie personnelle, et particulièrement l’exercice de la parentalité est un excellent moyen pour cela. Et si être un papa engagé était un moyen de développer ses softs skills ? Et si utiliser ses compétences de papa permettaient d’être plus efficace et heureux au boulot ? Explications et exercices pour y arriver !

Les softs skills, c’est quoi ?

Les 10 métiers de papa

Sans connaitre forcément le mot, vous savez tous ce que sont les hard skills. Ce sont les compétences (= skills) techniques (= hard). Pour simplifier, ce sont toutes les compétences que l’on apprend durant nos études ou en formation continue.

Vous savez écrire, parler anglais, maitriser un logiciel de design (car vous êtes graphiste) ou de facturation (car vous êtes comptable). Vous maitrisez le langage médical (vous travaillez dans un hôpital)  ou juridique (vous êtes juriste). Vous savez organiser des évènements (vous êtes dans la com’) ou réparer une voiture (vous êtes mécanicien). Bref, vous avez compris le concept ! Pendant des années, les recruteurs étaient focalisés uniquement sur cette typologie de compétences.

Et depuis quelques années, on assiste à la revanche des softs skills, les compétences (=skills) douces (= soft). Les soft skills engloblent l’ensemble des compétences  comportementales, interpersonnelles, sociales, liées à la communication, au caractère, à l’attitude, … Et les compétences comportementales deviennent autant, voire plus importantes que les compétences techniques. Certaines études indiquent que 77% des employeurs estiment que ces softs skills sont aussi importantes que les compétences techniques. Et beaucoup de recruteurs (DRH ou cabinet de recrutement) de mon entourage m’ont affirmé que lorsqu’ils rencontraient un candidat pour un job, ils passaient 50% du temps de l’entretien à essayer de comprendre et d’évaluer les softs skills du candidat.

Au delà de ce que pensent les recruteurs et managers, oui les soft skills sont importantes et essentielles. Avec le web, nous sommes passés dans un monde où le savoir est accessible à tous et rapidement. En quelques clics, grâce à des articles ou des vidéos, et sans faire de nous des spécialistes, nous trouvons facilement comment créer un site web ou comment poser un parquet (me concernant, il sera nécessaire de nombreux tutos pour faire de moi un pro du bricolage mais là n’est pas le sujet !). Nos compétences techniques, même si elles restent importantes, ne suffisent plus et ne font plus la différence. Et ce sera encore plus vrai demain avec l’émergence de l’Intelligence Artificielle. Alors ce qui fera la différence, c’est ce que nous sommes en tant que femmes et hommes. C’est ce qui fait que nous sommes uniques. Ce sont nos soft skills.

Vous avez désormais compris toute l’importance des softs skills. Et concrètement, elles prennent quelle formes ?

Il n’existe pas de liste exhaustive mais voici le Top 15 des softs skills à maitriser aujourd’hui en entreprise d’après Jérôme Hoarau et Julien Bouret (co-auteur du livre Réflexe Soft Skills et fondateur de l’agence CreapreZent), et le classement du World Economic Forum des soft skills  : 

  • La résolution de problème
  • La confiance
  • L’intelligence émotionnelle
  • L’empathie
  • La communication
  • La gestion du temps
  • La gestion du stress
  • La créativité
  • L’esprit entreprendre
  • L’audace
  • La motivation
  • La capacité de vision
  • La présence
  • Le sens du collectif
  • La curiosité

OK, c’est désormais plus concret pour vous ? Mais au fait, pourquoi je vous parle de softs skills ? Tout simplement car que je suis persuadé qu’en étant pleinement dans son rôle de papa, nous développons tout un tas de compétences (les fameuses soft skills) extrêmement utiles pour nos jobs. De là à dire que d’être un Super Papa vous permettra de décrocher une augmentation il n’y a qu’un pas… Que je vais m’empresser de franchir joyeusement ! Car oui je pense que c’est possible ! Si et seulement si nous avons pleinement conscience que nos compétences de papa sont utiles pour son job.


Mes compétences de papa utiles dans mon job

Si on y regarde de près, la vie professionnelle et la vie personnelle sont extrêmement liées.

Alors que l’on a opposé pendant des années le pro et le perso, on voit comment les deux se nourrissent mutuellement. Et comme je le disais précédemment, vivre pleinement son rôle de papa permet de développer beaucoup de compétences utiles pour son job. Encore faut-il en avoir conscience… pour ensuite mieux les valoriser.

Voici quelques exemples pratiques tirés de ma vie de papa de jumeaux et d’indépendant. Et je vais classer ces exemples en deux catégories. Car ce qui est incroyable, c’est que vivre pleinement son rôle de papa permet non seulement d’accroitre le potentiel de softs skills que nous avons déjà mais également de de développer de nouvelles softs skills !

Les softs skills que j’ai encore plus développées en devenant papa

L’empathie : c’est la capacité à se mettre à la place de l’autre, à comprendre le besoin de l’autre. Même si vous n’êtes pas encore papa, vous avez tous passé un moment avec votre neveu bébé ou avec le bébé d’un de vos amis. Il est mignon, il vous fait des areuareu… Et d’un seul coup, son joli visage se transforme en machine à hurler. Vous vivez un grand moment de solitude : mais il veut quoi là, il me dit quoi ?! Réussir à comprendre ce qu’il se passe dans la tête d’un bébé d’un an alors qu’il ne sait pas encore parler, ça c’est de l’empathie !… Et dans votre job, face à un client ou avec les collègues de votre équipe, ce don de se mettre à la place de l’autre sera précieux et une véritable force pour vous… et votre entreprise !

La créativité : je pourrais citer des centaines d’exemples tellement avec des enfants vous êtes obligé d’en faire preuve en permanence… Que ce soit pour les occuper durant tout un Week-end pluvieux (surtout si vous ne souhaitez pas qu’ils soient devant des écrans), pour les guider  sur le chemin de l’autonomie en leur faisant ranger leurs vêtements sales ou pour leur faire passer une idée fixe (ils en ont énormément les enfants.. Heureusement, ils en ont tellement que l’une chasse l’autre !), j’ai presque l’impression que la créativité est mon deuxième prénom ! Et je peux vous assurer qu’ensuite, au boulot, trouver l’idée créative et différenciante pour satisfaire votre client ou mieux faire fonctionner votre équipe vous viendra naturellement !

Les nouvelles Softs skills qui me sont apparues en devenant papa

L’organisation et l’anticipation : ce sont là des clés de tous parents ! Et franchement, avant la naissance de mes jumeaux, ce n’était vraiment pas mon fort ! Pourtant, réussir à gérer le quotidien d’un bébé ou d’enfant, avec forcément des centaines de choses à faire, c’est le challenge ! J’irai même plus loin : maitriser les compétences d’organisation et d’anticipation, c’est un peu s’assurer des deux piliers sur lesquels  une famille doit pouvoir s’appuyer si elle ne veut pas s’écrouler. Vous voyez l’épreuve des poteaux de l’émission Kho Lanta. C’est pareil ! L’organisation et l’anticipation, ce sont les deux piliers de survie d’une famille ! Alors comment vous dire que quand vous gérez ces compétences là en tant que papa (réussir à amener vos enfants le matin chez la nounou ou l’école, propres et le ventre plein, avec leurs sacs où rien n’a été oublié, le carnet de santé dans votre sac à vous pour le RDV avec le pédiatre le soir, et vous même lavé et caféiné, …),  jongler au boulot avec les dossiers et les clients devient presque facile  (presque j’ai dis… !).

La patience : autant l’organisation et l’anticipation n’étaient pas mon fort, autant la patience était inexistante chez moi ! Je pense vraiment que mes parents ont complètement oublié de me livrer avec le neurone de la patience ! Et dans le job que j’occupais avant la naissance de mes enfants, cela m’a vraiment joué des tours parfois… Par manque de patience, j’ai parfois pris de mauvaises décisions pour mon business ou même créé des situations conflictuelles avec des collègues ou des partenaires. Dès les premières semaines de vie de mes enfants, j’ai appris que je devais apprendre la patience. Et en faire une alliée et une meilleure amie. Apprendre que le rythme de mes enfants est différent du mien et l’accepter m’a permis de faire de même depuis au travail . Et je n’ai même plus en tête d’exemples de situations professionnelles où je me suis énervé par manque de patience… Et c’est un gros plus. Donc sincèrement, merci mes enfants de m’avoir permis de développer cette compétence professionnelle !!

Quand les compétences de papa aide à progresser dans son job : témoignage du papa

Gabriel Bailly

Gabriel Bailly – papa d’une petite fille de 2 ans – Ingénieur – a négocié un congé parental de 4 mois avec son employeur.

« Après mes 4 mois de congé parental où j’étais H24 avec ma fille, j’ai repris mon job… en ne me sentant plus tout à fait le même. Et effectivement, après quelques semaines, j’ai constaté que j’avais développé de nouvelles compétences : une capacité de résilience, plus calme et posé, plus organisé, une meilleure gestion de mes émotions, une capacité de remise en questions. Et le plus incroyable est que je n’ai pas été le seul à l’observer ! Mes collègues m’en ont parlé d’abord puis mes boss ! On m’a dit que j’étais devenu très bon dans mes fonctions et que j’avais désormais tout pour devenir un de leurs managers . Et c’est justement l’évolution que je souhaitais avoir ! Et toutes ces nouvelles compétences qui vont me permettre d’évoluer professionnellement, je les ai gagnées grâce au temps passé avec ma fille. C’est elle qui m’a permis de devenir une meilleure version de ce que j’étais au niveau professionnel. Clairement, être un papa impliqué m’a aidé à développer des compétences très utiles dans mon job ! ».

Exercice pour développer ses compétences de papa dans son job

bonnes pratiques pour favoriser la parentalité en entreprise

Alors OK, je vous ai parlé de moi et de mes softs skills. Et si on s’attaquait à vos softs skills !

Car c’est bien là l’objectif : que vous puissiez appréhender vos softs skills pour mieux les valoriser dans votre environnement professionnel. Car même si les entreprises tentent de mieux intégrer la parentalité, on n’est jamais mieux servi que par soi-même ! Voici l’exercice que je vous propose : dans le tableau ci dessous, vous allez indiquer vos propres softs skills de Super Papa pour ensuite identifier comment elles vous sont utiles dans votre job.

PS : vous pouvez directement télécharger et imprimer les tableaux d’exercice en cliquant ci dessous :

Pour vous aider, vous pouvez piocher dans la liste ci dessous : 

Résolution de problèmeConfianceIntelligence émotionnelleEmpathie
CommunicationGestion du tempsGestion du stressCréativité 
Esprit d’entreprendre AudaceMotivationVision
PrésencecuriositéSens du collectifEcoute
NégociationEnvie d’apprendreCapacité à déléguer et à rendre autonomeenthousiaste
gestion des conflitsplanification et organisationanticipationself-contrôle

Une fois vos softs skills identifiées (entre 4 et 10 !), vous allez, pour chacune d’entres elles, indiquer un exemple de situation concrète où vous avez particulièrement utilisé cette soft skills avec votre enfant (vous pouvez même indiquer 2 exemples si vous le souhaitez). Puis vous allez observer comment vous avez utilisé cette soft skills dans votre job et écrire un ou deux exemples concrets de situations professionnelles où votre soft skills vous a aidé. Le must serait même d’écrire des exemples de situations où vous avez été particulièrement bon grâce à cette soft skills !

Soft SkillsExemple de situations où j’utilise cette soft skill dans mon rôle de papaExemple de situations où j’utilise cette soft skill dans mon job


















Une fois cet exercice réalisé, posez vous. Et observez. OUHAOU !!! Vous voyez comment vous êtes encore plus talentueux dans votre job depuis que vous êtes papa !

En en prenant conscience, vous allez pouvoir les valoriser auprès de votre boss, en donnant des exemples concrets (ceux que vous avez identifié au dessus). Et pourquoi ? Déjà, ça donne toujours confiance de mieux appréhender ses forces. Et ensuite, cela vous ouvre des opportunités : 

  • Vous voulez négocier avec votre entreprise plus de flexibilité ou du télétravail ? Mettez en lumière toutes les softs skills que vous avez développées en étant papa pour bien faire comprendre à votre employeur son propre bénéfice et lui assurer que vous êtes un collaborateur de confiance. Avec des exemples précis et concrets, il sera plus ouvert à vous suivre.
  • C’est le moment de l’entretien annuel et vous craignez que votre boss vous refuse votre demande d’augmentation (car oui, c’est que ça coûte un peu cher un enfant !) car vous avez déjà un peu levé le pied question horaires (parce que vous êtes un Super Papa qui rentre un peu plus tôt le soir pour partager un moment plus long en famille) ? Montrez lui qu’en plus du Super Papa que vous êtes devenu, vous êtes aussi devenu un Super collaborateur efficace sur lequel l’entreprise peut compter.
  • Vous visez un nouveau poste dont vous avez très envie et qui vous semble fait pour vous (mais bon, il faut encore réussir à convaincre votre boss) : démontrez lui que toutes les nouvelles compétences que vous avez développées ces derniers mois en étant papa sont justement exactement les compétences clés pour ce nouveau poste !

Alors, n’hésitez pas une seconde ! Osez changer de regard sur la façon dont le monde fonctionne. Oui, ce n’est pas dans les habitudes de valoriser les compétences développées dans sa vie personnelle (et encore moins dans le cadre de sa paternité). Non, ce n’est pas une fatalité immuable. Car finalement, ne sommes-nous pas une seule et unique personne ? Ce que nous sommes à la maison est-il ou doit-il être différent de ce que nous sommes au travail ? Ne pouvons-nous pas utiliser nos forces développées dans la vie personnelle pour la vie professionnelle ? Et si ré-concilier la vie personnelle et la vie professionnelle permettait d’être encore plus heureux dans sa vie et plus performant dans son job ? J’en suis intimement persuadé et cela passe notamment par une meilleure connaissance, puis exploitation, de ses compétences de papa !

Et vous ? Comment utilisez vous vos softs skills et compétences de papa pour votre job ?

Positivons, partageons et commentons ci dessous !

Retour à la page d’accueil

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.