Papa engagé pour son fils et pour faire bouger les lignes de la société – Emil – Portrait de Papa – #5

emil-papa-papou

Partager un moment avec Emil, c’est vivre un moment intense. Le jeune homme de 30 ans, au ton vif et rapide, est papa d’un garçon de 16 mois et sait où il va. Et par dessus tout, il s’implique pour faire bouger les lignes d’une société encore trop figée dans les anciens modèles à son goût. Avec son mari, il est à l’initiative d’une chaine Youtube « Chez Papa Papou » qui dépeint avec humour et conviction le quotidien classique d’une famille composée de deux papas. Portrait d’un papa gay, engagé et déterminé. Portrait d’un papa fortement inspirant.

Un envie de paternité mise de côté

Emil a rencontré celui qui allait devenir son mari il y a douze ans. Le jeune homme est réalisateur en freelance et vidéaste. C’est cette passion commune pour l’univers des médias et de la communication qui les fait se rencontrer. Et c’est cette belle histoire d’amour qui va rendre possible le rêve de paternité d’Emil.

A l’adolescence, quand Emil prend conscience de son homosexualité, il enfouît son envie d’être papa « pour ne pas souffrir ». L’époque ne s’y prête pas. Il y a peu d’histoires connues de papas gays.

Au fil des années avec Yo, son compagnon, le sujet sort parfois dans leurs échanges mais « cela restait plus de l’ordre de l’utopie ». Les deux hommes se pacsent en 2012, « en le célébrant comme un vrai mariage !». La Loi pour le Mariage pour tous change la donne. Ils se marient en 2014 et se lancent dans les démarches pour avoir un enfant.

 

Le parcours pour être papa

 

bébé papa
Ils débutent alors un processus d’adoption en 2014. Comme pour tous les couples, c’est un parcours long et compliqué. « Il y a de nombreux rendez-vous avec des psys, beaucoup de questions et de remises en questions sur soi, … ». Ils obtiennent l’agrément en 2015. Le bout du tunnel ? « Les conseils de familles, à l’époque, restent frileux à l’idée de confier un enfant à une famille composée de deux papas ». Sentant que malgré l’obtention de l’agrément, l’issue reste incertaine, le couple décide d’ouvrir d’autres portes. Et un document diffusé sur France 2 « deux hommes et un couffin » les fait s’intéresser à la Gestation Pour Autrui (un embryon réalisé avec le sperme d’un des papas et les ovocytes d’une donneuse est « implanté » dans une mère porteuse).

Ils échangent alors avec des papas  passés par ce parcours d’une GPA éthique aux Etats Unis (NB : pour rappel, la GPA est interdite en France) et avec des mères porteuses. « Pour elles, c’est une pratique qui est favorisée socialement, c’est valorisant. Certaines l’indiquent même dans leurs CVs. Elles sont dans des démarches purement basées sur le don ».

C’est à Portland, en Oregon (Etats Unis) que la grossesse va se dérouler. « Vivre une grossesse aussi loin demande énormément de lâcher prise ». Par bonheur, toutes les étapes puis la grossesse se déroulent sans complication. Ils arrivent 3 semaines avant l’accouchement. « Pour être certains d’être présents ! ».

Avant le départ pour les Etats Unis, les deux futurs papas décident de se préparer au mieux. « J’avais pas mal de pratiques avec mes nièces mais on avait besoin de se rassurer ». Ils suivent alors une formation à l’Atelier du Futur Papa pour vivre le plus sereinement possible les premiers jours. « On allait les vivre loin de chez nous, on avait besoin d’avoir des bases solides dans un contexte qui allait être différent de notre quotidien ».

En Octobre 2016, Arsène voit le jour, sous les yeux de leurs deux papas, présents lors de l’accouchement. « On a coupé le cordon ombilical !». Après tout ce parcours, Emil se retrouve dans un tourbillon d’émotions en quelques secondes. «C’est à la fois une gratitude énorme -envers la vie, envers notre mère porteuse-, une angoisse, une responsabilité, un bonheur intense, … ». Arsène est déjà un bébé très entouré. En plus d’Emil, de Yo et de la mère porteuse, avec qui ils échangent encore aujourd’hui régulièrement, les deux mamans des jeunes papas ont fait le voyage.

 

Un papa d’aujourd’hui

Emil vit les premiers instants de la vie d’Arsène de façon positive et intense. Ils arrivent à « s’apprivoiser naturellement ». Les deux papas pratiquent énormément de peau à peau, « jusqu’au moment où notre fils ne savait plus tenir en place sur nos torses ! ».

De retour rapidement en France, la jeune famille prend vite ses marques. « On lui a très vite raconté des histoires, chanter des comptines. Mais il y a aussi tout le non verbal, les regards, les bruits. Savoir l’observer permet d’apprivoiser le côté « sauvage » du bébé ». Emil se souvient également des nombreux ateliers de massage pour bébé qu’ils ont réalisés et qui ont aidé à créer la forte connexion entre Arsène et ses papas.

La vie au quotidien se fait douce. Chez une nounou quatre ou cinq jours par semaine (les papas ayant des jobs avec une forte flexibilité). Et les week-end en famille. « Le Samedi, par exemple, c’est petit dej en famille, puis bébé nageur, marché, déjeuner à 3, sieste et fin d’après midi avec nos amis ou nos familles ». Les papas passent beaucoup de temps avec le petit Arsène. « On partage aussi les maladies bien sûr ! J’ai même chopé la roséole que seulement 4% des parents ont ! ».

Après le parcours intense, les papas ont décidé de « prendre le temps de prendre le temps ». Ils aiment « regarder Arsène se surprendre et nous surprendre ». Comme tous les parents, ils s’amusent des premiers mots sortis du contexte, « d’une tentative de clin d’oeil qui se transforme en les deux yeux fermés ». Le parcours (adoption puis GPA) les a amené à beaucoup s’interroger sur la parentalité. « La parentalité, c’est pour nous un engagement profond ». Emil aime citer cette phrase : « Un enfant grandit dans le coeur et l’esprit, pas uniquement dans le ventre » (issue du livre « Mais qui est la mère ?» de Catherine Mallaval et Mathieu Nocent).

 

Quand devenir papa devient un engagement

Emil est engagé dans sa parentalité mais il l’est tout autant dans la société et notamment dans les droits des LGBT (Lesbiennes Gay Bi Transgenres). Encore meurtri par les messages haineux lors des débats autour du mariage pour tous, Emil souhaite faire passer le message qu’un papa gay a une vie tout à fait semblable aux hétérosexuels. Et rêve d’une totale indifférence et de la disparition de jugement. Membre de l’ADFH (Association des Familles Homoparentales) et de l’Association CONTACT (qui intervient par exemple dans des lycées pour lever les tabous sur l’homosexualité / Emil, ainsi que ses parents et son conjoint qui sont tous très impliqués dans l’association, se concentre plus sur les groupes d’écoutes et de paroles), il décide de lancer sa chaine YouTube peu de temps avant la naissance de son fils. « Je ne me reconnaissais pas dans l’univers des YouTubeurs Gays ni dans les blog de Mamans. La parole des familles homoparentales était finalement quasi inexistante. J’ai eu envie de proposer quelque chose et d’ « incarner » ces familles ». Et montrer la vie d’un « Papa gay bien dans ses baskets ! ».

La chaine Chez Papa Papou voit le jour et rencontre vite un succès (près de 3 000 abonnés à Février 2018) auprès d’un vaste public. « J’ai un public très large qui me suit : des parents gays, des parents hétéros, des jeunes gays qui se disent qu’ils pourront être un jour parents, … ». Au travers d’une vidéo par semaine, Emil parle de sa famille… et parle naturellement à toutes les familles. « Je ne suis pas un porte drapeau, je veux juste montrer qu’une famille homoparentale est une famille tout à fait normale ! Et ainsi, faire évoluer les mentalités ». Emil parle de son quotidien au travers de chroniques mais aussi d’ouvrages inspirants et différents (sur des familles mixtes, des enfants handicapés, des familles aux rôles de Papa / Maman non stéréotypés, ….). « Mon envie est de contribuer à plus de tolérance dans la société et de faire évoluer la nouvelle génération sur ces sujets».

 

Le même homme… mais un peu différent

papa bébéDevenir Papa a-t-il changé Emil ? L’emploi du temps étant plus rempli, il a fallu, comme tous parents, s’adapter. « Pour mon travail, je suis plus concentré, plus efficace pour gagner du temps ». Mais surtout, devenir papa et vivre le parcours pour y arriver, lui a montré que désormais, tout était possible. « Ça a renforcé ma confiance en moi, j’ai plus d’aplomb, j’ose, … ! ». Une nouvelle philosophie de vie s’est progressivement installée. « je relativise beaucoup les choses, je me concentre sur l’essentiel. Un sourire de mon fils et tout le reste s’évapore ».

L’énergie que met Emil pour apporter un regard différent sur les familles homoparentales se retrouve évidement dans les valeurs que le jeune papa souhaite transmettre à son fils. « La tolérance et le respect sont pour moi des fondamentaux ». Il souhaite également lui transmettre cette force qui lui permettra « d’être toujours heureux, de garder une âme d’enfant ». Pour cela, il lui raconte des « histoires inspirantes et différentes ». Et il lui parle aussi de son début de vie, de comment il est né, de son histoire. « On a créé un livre sur notre parcours, avec des photos. On utilise des mots simples et au fur et à mesure qu’il grandit, on entre plus dans les détails ». Ou comment faire que l’histoire d’Arsène, un peu différente, devienne simple et structurante pour le futur adulte en devenir.

La suite ? Emil souhaite donner un petit frère ou une petite soeur à Arsène. Ils ont relancé les démarches pour adopter un enfant pupille de la nation. Grâce à plusieurs combats menés (dont celui d’Emil chaque semaine au travers de sa chaine YouTube), les temps changent, les mentalités évoluent, …. Et si c’était possible cette fois ? Et si les deux papas pouvaient réussir à agrandir la famille pour le plus grand plaisir d’Arsène… ? Ce serait une nouvelle pierre posée pour le papa engagé…

 

Actions

L’ADN de ce blog, c’est de pouvoir s’inspirer d’histoires de papas pour mettre en place des actions permettant d’améliorer son quotidien de papa ou de le vivre différemment. En voilà quelques unes que je vous propose :

  • Engagez-vous ! : on a tous des « combats » qui nous tiennent à coeur (la solidarité, l’écologie, l’égalité,…)  Chacun peut apporter sa contribution pour faire bouger les lignes. L’engagement peut se faire au niveau « sociétal ». Il peut tout autant se faire dans l’éducation au quotidien avec vos enfants. Les enfants sont des « matières neutres ». Profitez en pour leur transmettre ce qui est important pour vous. Au travers de votre éducation, vous bâtissez  les fondements de la société de demain avec la nouvelle génération
  • Osez : rien n’est figé dans la vie. Parfois les murs semblent infranchissables… et pourtant, il y a souvent un autre chemin à prendre pour atteindre son but. Fixez-vous un objectif et donnez-vous les moyens pour l’atteindre
  • Appréhendez le nouvel homme que vous êtes : devenir père transforme souvent l’homme. Parfois, on n’y prête pas attention et on passe alors à côté de belles découvertes. Devenir papa, c’est aussi rencontré un nouveau soi, avec de nouvelles aspirations, de nouvelles forces, … Prenez le temps de vous poser la question et d’accepter ces nouveautés.

 

Et vous, que pensez-vous de l’histoire d’Emil?

Positivons, partageons et commentons ci dessous !

Retour à la page d’accueil

Partager l'article
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  

3 thoughts on “Papa engagé pour son fils et pour faire bouger les lignes de la société – Emil – Portrait de Papa – #5”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.